Via Dei, le chemin de Dieu

«Lorsque l'incrédulité devient une foi, elle est moins raisonnable qu'une religion»
Edmond de Goncourt

Via Dei > Comprendre la Bible > Des points difficiles à comprendre...

Des points difficiles à comprendre...

À une époque où les livres sont délaissés et où le balayage des écrans tactiles a remplacé le feuilletage des supports en papier, à un moment de l'histoire où on livre des bribes de pensées destructurées via des messages électroniques laconiques et saccadés, il n'est pas étonnant qu'on lise la Parole de Dieu de la même manière : c'est-à-dire superficiellement et en diagonale.

Lire la Bible et refléchir posément et sans précipitation représentent apparemment des efforts trop pénibles pour les «chrétiens» contemporains.

Nous allons aborder quelques points auxquels Pierre faisait allusion lorsque l'apôtre écrivait :

2 Pierre 3:16
C'est ce que [Paul] fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine.


Premier point

Éphésiens 2:15
Car il [...] a anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions

Paul écrit que Jésus a anéanti la loi des ordonnances dans ses prescriptions.
Très bien. Mais qu'est-ce que cela veut dire ?

La majorité des chrétiens répondra : «C'est évident ! Jésus a anéanti la loi ! Exit les commandements et les ordonnances !» 

Pourtant Paul ne dit pas «Jésus a anéanti la loi» mais «Jésus a anéanti la loi des ordonnances dans ses prescriptions».

Par exemple, considérez cet article scientifique qui relate l'exploit d'élèves ingénieurs qui fabriquent un robot capable de vaincre la pesanteur. Pensez-vous vraiment que leur véhicule est fabriqué pour vaincre la pesanteur ou vaincre les conséquences de la loi de la pesanteur ?


Vous aurez compris évidemment que ce véhicule est conçu pour vaincre les conséquences de la loi de la pesanteur. Pas la pesanteur elle-même. Bien que ce véhicule soit spécialement adapté pour défier la pesanteur, la pesanteur existe toujours et ses lois existent toujours et exercent toujours leur force.

Il en va de même pour Jésus. Que nous dit Paul ?

Jésus a anéanti dans sa chair les conséquences de la loi des commandements, c'est-à-dire, la loi du péché et de la mort. C'est-à-dire que nos propres péchés ont été transférés dans la chair même de Jésus sur la croix. Voilà ce qui a été anéanti sur la croix ! Jésus a anéanti le châtiment que nous méritions pour nos fautes en prenant dans Sa propre chair le poids de nos péchés ! Il n'a pas anéanti la loi elle-même !

C'est ce qu'avait annoncé Esaïe :

Esaïe 53:5
Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

Esaïe 53:6
Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous.

Esaïe 53:10
Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché

Jésus a payé le prix de nos péchés, c'est-à-dire, les conséquences de nos péchés dans Sa propre chair.

Mais les commandements existent toujours et leur application est toujours en vigueur.

Deuxième point

Ce deuxième exemple rejoint le premier :

Colossiens 2:14
il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix;


Les «chrétiens» ne savent plus lire un texte dans leur propre langue...
Mais où voyez-vous dans Colossiens 2:14 que Paul indique que Jésus a effacé la loi ?

Paul dit que Jésus a effacé un acte dont les ordonnances nous condamnaient. 

Simplifions la phrase pour mieux la comprendre : Jésus a effacé un acte qui nous condamnait.
Mais qu'est-ce qu'un acte ? Qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire ?

Le mot «acte» en grec est «cheiro - graphon», (strong 5498) littéralement quelque chose de manuscrit, qui est écrit à la main.


Les traducteurs anglophones ne s'y sont pas trompés et ont parfois traduit le terme grec par «reconnaissance de dette». En français, nous dirions également une «ardoise».

En d'autres termes, Jésus n'a pas effacé la loi. Jésus a effacé notre ardoise, c'est-à-dire la somme des châtiments que nous aurions dû recevoir en paiement de nos péchés. C'est cela qui a été cloué à la croix !
Vous comprenez maintenant ce que Paul voulait signifier ?
 

Troisième point

Philippiens 2:6
Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu

Ce troisième exemple détruit définitivement l'idée selon laquelle Jésus est Dieu le Père.
Si vous le croyez, tant pis pour vous. Mais lisez Paul avant de croire. Ne me croyez pas moi. Lisez Paul !

Que dit Paul ?
Paul donne deux informations :
  1. Jésus existait en forme de Dieu
  2. Jésus n'a pas regardé comme une proie d'être égal à Dieu
La première information est comprise par tout le monde.

Mais que veut dire la deuxième information ?
«Regarder comme une proie» signifie avoir la volonté de, chercher à, convoiter, vouloir.

C'est maintenant qu'il faut refléchir (un peu) :
Si Jésus est (déjà) Dieu le Père, pourquoi chercherait-Il à devenir égal au Père ? 

Refléchissez ! Cela n'a pas de sens. Ce n'est pas logique !
Si je suis (déjà) un homme, pourquoi voudrais-je devenir un homme ?
Si je veux devenir un homme, c'est donc que je ne suis pas un homme !

Donc Jésus n'est pas égal à Dieu le Père. Et donc Jésus n'est pas le Père.

Pardon de devoir développer une logique aussi basique et aussi élémentaire mais la foi dite «chrétienne» est tellement imprégnée de dogmes et de croyances absurdes et illogiques que nous en sommes arrivés là... 

Ne comprenez-vous pas que Paul pointe justement ici la différence entre Jésus et Satan : Satan a désiré ardemment être Dieu le Père et usurper la place de Dieu le Père tandis que Jésus est resté humble et obéissant au Père de bout en bout.

Par cette phrase, Paul nous apprend ici qu'il y a deux formes de Dieu distinctes : Jésus le Fils de Dieu et Dieu le Père.

S'il n'existe pas deux formes de Dieu distinctes, la phrase de Paul ne veut plus rien dire. Il existe bien deux formes de Dieu distinctes. Jésus n'est pas Dieu le Père. C'est la seule explication logique !

Cette réalité est également énoncée par Jean :

Jean 1:1
Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.


Que nous apprend Jean dans la formulation de sa phrase ?

Avant de dire que la Parole était Dieu (Paul précise dans Philippiens 2.6 que Jésus existait en forme de Dieu sans être Dieu (le Père) Lui-même) , Jean ajoute que la Parole était avec Dieu. Jean confirme ici donc lui-aussi la présence de deux formes de Dieu qui co-existent.

La ruine ?...

Pierre n'y serait-il pas allé un peu trop fort en écrivant que se tromper sur le sens des paroles de Paul pouvait mener à notre ruine ?

Les deux premiers points que nous avons abordés touchent à une suppression supposée des commandements. Concernant ce sujet, je vous laisse (re)lire pourquoi Jésus dira «Je ne vous ai jamais connus» à un très grand nombre de «chrétiens»...

Le troisième point qui traite de l'identité même de Jésus porte insidieusement en lui les germes d'un comportement pernicieux et rebelle.

En effet, si nous déclarons que Jésus est Dieu (le Père), il n'y a pas de problème en soi sur le moment...

Le problème survient ensuite lorsque nous lisons ensuite Jean :

1 Jean 5:3
Car l'amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles

Les commandements de qui devons-nous garder ici ? C'est ambigü car si nous croyons que Jésus est Dieu (le Père) ou si nous croyons que Jésus est différent de Dieu (le Père), le verset prend un sens radicalement différent !

Devons-nous garder les commandements que Dieu (le Père) a donnés à Moïse dans la Torah ou les «nouveaux» commandements que Jésus a formulés dans ce que nous appelons le «Nouveau Testament» ?

«Le doute est permis, Jean n'est pas très clair là», direz-vous...
Et puis de toute manière, ça se saurait !
Vous êtes donc «à l'abri de ces vieux commandements qui sont pour les juifs et pas pour nous les chrétiens !...»

Je suis persuadé que vous vous posez la question chaque dimanche : «Comment savoir si ce sont vraiment les commandements de Jésus qui doivent être observés ? Et pas ceux de Dieu le Père ?»

Cela tombe bien, le même apôtre Jean va très bien clarifier sa pensée dans la révélation qui lui sera apportée plus tard concernant les temps de la fin et ne va absolument pas dans le sens de la pensée chrétienne dominante :

Apocalypse 1:1
Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt

Apocalypse 3:12
[moi Jésus] je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau

Apocalypse 12:17
[le dragon] s'en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus

Apocalypse14:12
C'est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus.


Jean, bien après la mort et la résurrection de Jésus, ôte définitivement toute ambiguïté et fait à de multiples reprises la différence entre Jésus et Dieu le Père dans le livre de la Révélation.

Que devons-nous en conclure ? Sinon que lorsque Jean écrit que l'amour de Dieu consiste à garder Ses commandements, il s'agit bel et bien des commandements de Dieu et pas des pseudo-commandements créés de toutes pièces...

Est-ce si important de garder les commandements de Dieu ? Oui, si vous souhaitez aimer Dieu.

Que le Dieu Vivant puisse ouvrir vos yeux à Sa vérité dans Son Fils Jésus-Christ !



Publié le 29-11-2018 par Thierry Riviere   Copie autorisée (avec mention de l'auteur et lien vers l'article original)

Vous pouvez réagir à cet article ! Vos commentaires sont les bienvenus !

Votre nom* :
Site web :
Votre commentaire* :

Devinette :

Combien font quatre multipliés par sept ? Otez moins trois.
Répondre en chiffre dans la case ci-dessous...


 

Les champs marqués * sont obligatoires. La publication des commentaires est soumise à validation.
Site créé à la gloire de Jésus-Christ