Via Dei, le chemin de Dieu

«Lorsque l'incrédulité devient une foi, elle est moins raisonnable qu'une religion»
Edmond de Goncourt

Via Dei > Comprendre la Bible > Shehita et nourriture casher      

Shehita et nourriture cachere / kasher / kosher



Croyez-vous honnêtement que Elohim validerait vraiment une voie de sanctification accessible seulement aux plus riches ?

Voir la dernière modification
(Novembre 2020)

Actes 17:11
Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d'empressement, et ils examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu'on leur disait était exact

Mais qu'examinaient donc chaque jour ces juifs qui sont loués pour avoir vérifié les dires des apôtres ?
Le Talmud ? Impossible ! Sa rédaction s'est achevée dans les années 500 après Jésus-Christ !
La loi orale non encore écrite ? Ce n'est pas ce qui est rapporté dans le livre des Actes...

Les juifs de Bérée examinaient les Écritures (la Torah, les Prophètes et les Psaumes). Voilà la base de la vérification qui leur permettait de distinguer le vrai du faux, le mensonge de la vérité.
En faites-vous autant ? Quelle est la base de votre foi ? Le Talmud ou les Écritures ?

Le vin casher

Les juifs karaïtes dont on a déjà parlé, sont décidément de très bons disciples d'Elohim — pas (encore ?) de Yeshua malheureusement — qui n'hésitent pas à remettre en question l'ordre établi. Ils s'offusquent ainsi à juste titre des vraies origines purement mercantiles du vin cacher qui ne remonte somme toute qu'à 1870. Le saviez-vous ? J'en doute fort...

Cela change du discours pharisien qui va jusqu'à affirmer que la Torah exige que «seul le vin produit par un juif religieux peut être considéré comme casher» et donc être consommé :


Vous rendez-vous compte que les pharisiens enseignent que la Torah exige cela ! Où donc lisez-vous cette exigence dans la Torah ? Quel livre ? Quel chapitre ? Quel verset ?


La viande casher ou le vrai objectif de Deutéronome 12

Ne vous méprenez pas : je n'ai pas la science infuse ni la révélation de quoi que ce soit. Simplement, je suis honnête avec moi-même et avec la Parole d'Elohim. Je ne la tords pas pour la faire coïncider avec ce que l'on m'a appris ou avec ce que je crois.

Elohim sanctifie (met à part) les viandes pures et impures dans le Lévitique 11. Je ne reviens en aucun cas là-dessus sauf pour conforter ces lois divines.

La légitimité de la shehita — rituel d'abattage des animaux — repose exclusivement sur l'interprétation des versets suivants :

Deutéronome 12:21
tu pourras tuer SACRIFIER du gros et du menu bétail, comme je te l'ai prescrit

Toutes les lois orales relatives à la shehita reposent sur les mots «comme je te l'ai prescrit»...

Segond
a cependant commis une erreur : il ne s'agit pas de tuer du gros et du menu bétail mais de sacrifier. Lire la version Chouraqui ou Darby pour voir la différence. Et la différence est monumentale dans ses implications.

Parce que, contrairement à ce que prétendent les «sages» d'Israël qui inventent des lois orales imaginaires sur le sujet, Elohim a déjà prescrit Ses commandements décrivant par le menu détail les étapes exactes et très précises pour sacrifier du gros et du menu bétail...

L'Éternel n'a-t-Il donc jamais parlé de sacrifier du gros et du menu bétail ?
Dès le tout premier verset du premier chapitre du Livre de Lévitique — le livre de la loi par excellence — l'Éternel notre Dieu, avant toute autre chose, commence par :

Lévitique 1:1
L'Éternel appela Moïse; de la tente d'assignation, il lui parla et dit: 2 Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur: Lorsque quelqu'un d'entre vous fera une offrande à l'Éternel, il offrira du bétail, du gros ou du menu bétail.

Vous croyez vraiment que c'est une coïncidence si le tout premier commandement de Elohim que l'on trouve immédiatement dans le tout premier verset du tout premier chapitre de Lévitique concerne justement le sacrifice du gros et du menu bétail ? Et vous voulez encore (faire) croire comme les pharisiens que la shehita est nécessaire parce que notre Dieu aurait «omis» de nous fournir les modalités de sacrifice dans Deutéronome 12:21 ? Au contraire, Dieu a précisément pensé à tout, y compris au fait que des pharisiens — et des «messianiques» et autres «nazaréens» à leur suite — viendraient plus tard souiller la Parole de Dieu en y ajoutant des commandements et blasphémer la Parole de Dieu.  

Lévitique 1:3-13
Si son offrande est un holocauste de gros bétail, il offrira un mâle sans défaut; il l'offrira à l'entrée de la tente d'assignation, devant l'Éternel, pour obtenir sa faveur. 4 Il posera sa main sur la tête de l'holocauste, qui sera agréé de l'Éternel, pour lui servir d'expiation. 5 Il égorgera le veau devant l'Éternel; et les sacrificateurs, fils d'Aaron, offriront le sang, et le répandront tout autour sur l'autel qui est à l'entrée de la tente d'assignation. 6 Il dépouillera l'holocauste, et le coupera par morceaux. 7 Les fils du sacrificateur Aaron mettront du feu sur l'autel, et arrangeront du bois sur le feu. 8 Les sacrificateurs, fils d'Aaron, poseront les morceaux, la tête et la graisse, sur le bois mis au feu sur l'autel. 9 Il lavera avec de l'eau les entrailles et les jambes; et le sacrificateur brûlera le tout sur l'autel. C'est un holocauste, un sacrifice consumé par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel.

Si son offrande est un holocauste de menu bétail, d'agneaux ou de chèvres, il offrira un mâle sans défaut. 11 Il l'égorgera au côté septentrional de l'autel, devant l'Éternel; et les sacrificateurs, fils d'Aaron, en répandront le sang sur l'autel tout autour. 12 Il le coupera par morceaux; et le sacrificateur les posera, avec la tête et la graisse, sur le bois mis au feu sur l'autel. 13 Il lavera avec de l'eau les entrailles et les jambes; et le sacrificateur sacrifiera le tout, et le brûlera sur l'autel. C'est un holocauste, un sacrifice consumé par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel.

Je ne comprends pas les "sages" d'Israël qui prétendent avoir besoin de rajouter une loi orale pour bien comprendre le commandement de Dieu lorsque Dieu fait LUI-même référence à ce qu'il a prescrit concernant le sacrifice du gros et du menu bétail...

Deutéronome 12 établit des lieux et des endroits

Là où je diverge encore radicalement avec les juifs pharisiens mais aussi avec Benjamin (de Netivot Olam) dans sa vidéo, c'est sur la compréhension globale de Deutéronome 12...

Une analyse lexicale basique et à tête reposée (deux minutes montre en main) fait ressortir que le Deutéronome 12, est loin d'instaurer une shehita, et très loin de prôner le véganisme... 

Analysons ce chapitre ensemble verset par verset, si vous le voulez bien et si vous voulez vraiment comprendre la Parole d'Elohim et non croire aveuglément ce que l'on vous raconte... Il n'y a pas de code, pas de clé cachée.
Dans le texte, je fais ressortir en bleu les mots-clés des versets. Mes commentaires sont en rouge.

Tout le Deutéronome 12 est une affaire de lieux, d'endroits, d'emplacements géographiques. Cela n'a rien à voir, mais alors strictement rien à voir avec une quelconque manière de tuer ou sacrifier les animaux, ni encore avec un pseudo-véganisme avant l'heure.

Pour penser le contraire, il faut être intellectuellement malhonnête, rencontrer de très grosses difficultés en compréhension écrite du français ou encore être sous la coupe d'un gourou ou d'une secte. C'est inquiétant... Ce n'est pas ironique de ma part. Loin de là...

Deutéronome 12

2 Vous détruirez tous les lieux où les nations que vous allez chasser servent leurs dieux, 3 [...] et vous ferez disparaître leurs noms de ces lieux-là.
Les israélites ont pour ordre de détruire les lieux païens.

4 Vous n'agirez pas ainsi à l'égard de l'Éternel, votre Dieu. 5 Mais vous le chercherez à sa demeure, et vous irez au lieu que l'Éternel, votre Dieu, choisira parmi toutes vos tribus pour y placer son nom.
Ils ont ordre de chercher Elohim au lieu choisi par Lui

6 C'est là que vous présenterez vos holocaustes, vos sacrifices, vos dîmes, vos prémices, vos offrandes en accomplissement d'un voeu, vos offrandes volontaires, et les premiers-nés de votre gros et de votre menu bétail.
Les offrandes pour les voeux doivent être présentées dans ce lieu et pas ailleurs

7 C'est là que vous mangerez devant l'Éternel, votre Dieu, et que, vous et vos familles, vous ferez servir à votre joie tous les biens par lesquels l'Éternel, votre Dieu, vous aura bénis.
Les offrandes doivent être consommées dans ce lieu et pas ailleurs

9 Vous [...] vous n'êtes pas encore arrivés dans le lieu de repos et dans l'héritage que l'Éternel, votre Dieu, vous donne. 10 Mais vous passerez le Jourdain, et vous habiterez dans le pays dont l'Éternel, votre Dieu, vous mettra en possession; il vous donnera du repos, après vous avoir délivrés de tous vos ennemis qui vous entourent, et vous vous établirez en sécurité.
Le lieu de repos est à venir

11 Alors il y aura un lieu que l'Éternel, votre Dieu, choisira pour y faire résider son nom. C'est là que vous présenterez tout ce que je vous ordonne, vos holocaustes, vos sacrifices, vos dîmes, vos prémices, et les offrandes choisies que vous ferez à l'Éternel pour accomplir vos voeux.
Ce lieu sera choisi par Elohim le moment venu pour présenter les offrandes pour des voeux

12 C'est là que vous vous réjouirez devant l'Éternel, votre Dieu
C'est dans ce lieu choisi par Elohim et pas ailleurs que les israélites se réjouiront

13 Garde-toi d'offrir tes holocaustes dans tous les lieux que tu verras; 14 mais tu offriras tes holocaustes au lieu que l'Éternel choisira dans l'une de tes tribus, et c'est là que tu feras tout ce que je t'ordonne.
Les offrandes doivent être présentées dans ce lieu et pas ailleurs

15 Néanmoins, quand tu en auras le désir, tu pourras tuer du bétail et manger de la viande dans toutes tes portes, selon les bénédictions que t'accordera l'Éternel, ton Dieu; celui qui sera impur et celui qui sera pur pourront en manger, comme on mange de la gazelle et du cerf. 16 Seulement, vous ne mangerez pas le sang: tu le répandras sur la terre comme de l'eau.
Mais les israélites peuvent abattre et manger du bétail où bon leur semble, même chez eux ! (Aucun rapport avec les offrandes ou les sacrifices ici)

17 Tu ne pourras pas manger dans tes portes la dîme de ton blé, de ton moût et de ton huile, ni les premiers-nés de ton gros et de ton menu bétail, ni aucune de tes offrandes en accomplissement d'un voeu, ni tes offrandes volontaires, ni tes prémices. 18 Mais c'est devant l'Éternel, ton Dieu, que tu les mangeras, dans le lieu que l'Éternel, ton Dieu, choisira
Mais ils sont tenus de manger les offrandes pour un voeu au lieu choisi par Dieu et pas ailleurs

19 Aussi longtemps que tu vivras dans ton pays, garde-toi de délaisser le Lévite.
Voilà le véritable enjeu et objectif de Deutéronome 12

Lorsque l'Éternel, ton Dieu, aura élargi tes frontières, comme il te l'a promis, et que le désir de manger de la viande te fera dire: Je voudrais manger de la viande! tu pourras en manger, selon ton désir.
Cas de figure à venir lorsque les tribus seront éloignées

21 Si le lieu que l'Éternel, ton Dieu, aura choisi pour y placer son nom est éloigné de toi, tu pourras SACRIFIER du gros et du menu bétail, comme je te l'ai prescrit, et tu pourras en manger dans tes portes selon ton désir. 22 Tu en mangeras comme on mange de la gazelle et du cerf; celui qui sera impur, et celui qui sera pur en mangeront l'un et l'autre. 23 Seulement, garde-toi de manger le sang, car le sang, c'est l'âme; et tu ne mangeras pas l'âme avec la chair. 24 Tu ne le mangeras pas: tu le répandras sur la terre comme de l'eau. 25 Tu ne le mangeras pas, afin que tu sois heureux, toi et tes enfants après toi, en faisant ce qui est droit aux yeux de l'Éternel.
Si un israélite est trop éloigné du lieu choisi par Elohim, il n'a pas l'obligation de sacrifier ou de manger les offrandes dans le lieu choisi par Dieu. Il pourra sacrifier et manger les offrandes là où il habite EXCEPTION FAITE...

26 Mais les choses que tu voudras consacrer et les offrandes que tu feras en accomplissement d'un voeu, tu iras les présenter au lieu qu'aura choisi l'Éternel. 27 Tu offriras tes holocaustes, la chair et le sang, sur l'autel de l'Éternel, ton Dieu; dans tes autres sacrifices, le sang sera répandu sur l'autel de l'Éternel, ton Dieu, et tu mangeras la chair.
...EXCEPTION FAITE pour les offrandes pour un voeu qui doivent toujours être présentées dans le lieu choisi par Elohim et pas ailleurs, qu'on soit éloigné ou pas


Résumé : Les israélites ont ordre de détruire les lieux profanes, puis d'aller au lieu que Elohim choisira.
C'est dans ce lieu choisi par Elohim et seulement dans ce lieu que les israélites pourront sacrifier des bêtes et présenter leurs offrandes, exception faite si par la suite ils sont trop éloignés du lieu choisi par Elohim (cette exception ne concerne pas les offrandes pour un voeu).
En revanche, ils peuvent tuer et manger des bêtes — sauf le sang — en tout lieu qu'ils voudront, même "à domicile" («dans tes portes»).
À aucun moment dans Deutéronome 12, il n'est fait mention ou allusion à une quelconque méthode pour tuer les animaux !
Il ne faut pas manger le sang. Point !

Sur le véganisme supposé de Deutéronome 12, faisons remarquer que la phrase «quand ton être désirera manger de la chair, à tout appétit de ton être, tu mangeras de la chair» selon Chouraqui ou «parce que ton âme désirera de manger de la chair, tu mangeras de la chair, selon tout le désir de ton âme» selon Darby, loin de recommander un frein à la consommation de la viande, signifie tout au contraire, que «lorsque tu auras envie de manger de la viande, fais-toi plaisir, «empiffre-toi» et mange autant de viande autant de fois que tu en as envie».

Lisez Deutéronome 14 qui indique aussi la démarche si on est éloigné du lieu choisi par Elohim :

Deutéronome 14:24-26
Peut-être lorsque l'Éternel, ton Dieu, t'aura béni, le chemin sera-t-il trop long pour que tu puisses transporter ta dîme, à cause de ton éloignement du lieu qu'aura choisi l'Éternel, ton Dieu, pour y faire résider son nom. 25 Alors, tu échangeras ta dîme contre de l'argent, tu serreras cet argent dans ta main, et tu iras au lieu que l'Éternel, ton Dieu, aura choisi. 26 Là, tu achèteras avec l'argent tout ce que tu désireras, des boeufs, des brebis, du vin et des liqueurs fortes, tout ce qui te fera plaisir, tu mangeras devant l'Éternel, ton Dieu, et tu te réjouiras, toi et ta famille.

et comparez avec la version Chouraqui :

Quand la route sera trop longue pour toi, quand tu ne pourras pas le porter, quand le lieu que IHVH-Adonaï choisira pour y mettre son nom sera loin de toi, quand IHVH-Adonaï, ton Elohîms, te bénira, 25 donne l’argent; resserre l’argent dans ta main et va vers le lieu que IHVH-Adonaï, ton Elohîms, aura choisi. 26 Donne ton argent à tout appétit de ton être, contre bovins, ovins, vin et liqueur, tout ce que ton être te demandera. Mange, là, en face de IHVH-Adonaï, ton Elohîms; tu te réjouiras, toi et ta maison.

et reconnaissez par ailleurs que la formule «à tout appétit de ton être» n'a rien à voir avec un frein à l'alimentation. C'est tout le contraire !

Quel est le vrai objectif de toutes ces dispositions ?

Le vrai objectif est de contraindre les israélites à systématiquement se rendre au lieu choisi par Elohim pour présenter les offrandes afin de permettre aux lévites de ne jamais manquer de nourriture !
Car les lévites n'ont pas le droit de posséder de terres, ni de champs, ni de troupeaux ni aucun bien. Ils demeurent là où se situe l'autel d'Elohim. Mais il faut bien qu'ils se nourrissent.
Pour comprendre de quoi on parle, avez-vous une petite idée du nombre de lévites à la fin du règne de David ?

1 Chroniques 23:3
On fit le dénombrement des Lévites, depuis l'âge de trente ans et au-dessus; comptés par tête et par homme, ils se trouvèrent au nombre de trente-huit mille.

Le nombre des lévites s'élevait à 38 000 ! Sans compter les familles de chacun de ces 38 000 hommes ! Les lévites n'avaient ni terre ni aucun moyen de subsistance. C'est précisément le but des offrandes qui doivent être présentées au lieu choisi par l'Éternel. Elohim avait tout prévu ! 

Deutéronome 18:1
Les sacrificateurs, les Lévites, la tribu entière de Lévi, n'auront ni part ni héritage avec Israël; ils se nourriront des sacrifices consumés par le feu en l'honneur de l'Éternel et de l'héritage de l'Éternel.


Relisez Lévitique 17 (que l'Éternel m'a par «hasard*» fait lire le lendemain-même de la publication de l'article que vous lisez en ce moment-même après que je Lui ai demandé Son approbation) :

Lévitique 17
3 Si un homme de la maison d'Israël égorge dans le camp ou hors du camp un boeuf, un agneau ou une chèvre, 4 et ne l'amène pas à l'entrée de la tente d'assignation, pour en faire une offrande à l'Éternel devant le tabernacle de l'Éternel, le sang sera imputé à cet homme; il a répandu le sang, cet homme-là sera retranché du milieu de son peuple.
5 C'est afin que les enfants d'Israël, au lieu de sacrifier leurs victimes dans les champs, les amènent au sacrificateur, devant l'Éternel, à l'entrée de la tente d'assignation, et qu'ils les offrent à l'Éternel en sacrifices d'actions de grâces. 6 Le sacrificateur en répandra le sang sur l'autel de l'Éternel, à l'entrée de la tente d'assignation; et il brûlera la graisse, qui sera d'une agréable odeur à l'Éternel. 7 Ils n'offriront plus leurs sacrifices aux boucs, avec lesquels ils se prostituent. Ce sera une loi perpétuelle pour eux et pour leurs descendants.
8 Tu leur diras donc: Si un homme de la maison d'Israël ou des étrangers qui séjournent au milieu d'eux offre un holocauste ou une victime, 9 et ne l'amène pas à l'entrée de la tente d'assignation, pour l'offrir en sacrifice à l'Éternel, cet homme-là sera retranché de son peuple.

Deutéronome 12 et Lévitique 17 déclarent la même chose : les offrandes doivent être présentées au lieu choisi par l'Éternel, excepté si ce lieu est vraiment éloigné (Deut. 12:21).

Les juifs pharisiens et leurs sympathisants devront donc trouver un autre verset sur lequel s'appuyer pour justifier la théorie de la shehita et de la viande «casher» : le sacrifice du bétail nécessite en effet de se présenter devant la tente d'assignation avec le sacrificateur pour répandre le sang sur l'autel de l'Éternel mais ce n'est pas absolument le cas lorsque l'on tue du bétail pour manger (sans le sang, bien sûr). Et ça tombe bien : ni la tente d'assignation, ni l'autel de l'Éternel ne se trouvent sur terre en ce moment !

Et la souffrance animale ?

On ne peut pas parler de la shehita ou de tout autre pratique d'abattage sans parler de la souffrance animale. Les juifs pharisiens et leurs sympathisants ne manquent pas de rappeler qu'ils se soucient du bien-être animal et que la shehita est la méthode la plus douce pour tuer une bête.

Rappelons ici que le shohet ne pratique pas un sacrifice mais un simple abattage. Par conséquent, il n'a pas à égorger la bête comme l'exige Elohim dans le Lévitique 1 et peut donc utiliser d'autres moyens complémentaires pour abréger ou alléger les souffrances de l'animal. 

En théorie seulement, car les pharisiens s'empressent aussitôt d'affirmer que
«Ces méthodes sont contraires à la loi juive, car un animal destiné à l’alimentation doit être sain et indemne au moment de l’abattage. Ces méthodes d’étourdissement blessent l’animal, le rendant ainsi treifa (non-cachère et donc interdit). Si l’étourdissement tue l’animal, cela le rend neveila (un animal qui n’a pas été abattu rituellement), et donc interdit comme aliment pour les Juifs.»
Source


La viande d'animaux morts ou blessés est-elle cachère ?

Donc selon la «loi juive», on ne pourrait pas manger de bête blessée lors de la mise à mort car l'animal destiné à l’alimentation doit être premièrement sain et indemne et deuxièmement vidé de son sang au moment de l’abattage.

Les juifs pharisiens oublient que leur propre père Isaac ignorait complètement cette règle pharisienne clairement tardive car il adorait manger régulièrement du gibier blessé puis abattu par Esaü :

GENÈSE 25:28
Isaac aimait Ésaü, parce qu'il mangeait du gibier; et Rebecca aimait Jacob.

GENÈSE 27:3
Maintenant donc, je te prie, prends tes armes, ton carquois et ton arc, va dans les champs, et chasse-moi du gibier.

Oui, Isaac mangeait bien du gibier d'abord blessé puis abattu. Car pensez-vous que l'animal soit systématiquement tué par une seule flèche lors d'une chasse à l'arc ? Bien sûr que non dans la très grande majorité des cas mais parfois ce peut être le cas !... La flèche ne sert principalement qu'à blesser l'animal pour l'immobiliser puis on le tue. Mais dans le cas où la flèche faisait mouche et qu'elle tuait instantément l'animal, Isaac mangeait alors un animal non proprement vidé de son sang ! Renseignez-vous auprès de n'importe quel chasseur ou archer ou bien encore regardez les documentaires adéquats pour vous documenter...

Donc Isaac mangeait des bêtes blessées et parfois non vidées de leur sang.
Par conséquent, les objections des pharisiens au sujet des méthodes d'étourdissement ne tiennent pas la route une seconde.

En outre, si vous vous référez à la Torah, — la vraie Torah, la Torah d'Elohim, pas celle des pharisiens — vous allez tomber des nues.
En effet, la Parole de Dieu renferme des perles...

Exode 21:28
Si un boeuf frappe de ses cornes un homme ou une femme, et que la mort en soit la suite, le boeuf sera lapidé, sa chair ne sera point mangée, et le maître du boeuf ne sera point puni.

La Torah spécifie ici qu'on ne peut pas manger la chair d'un boeuf lapidé. Rien de plus normal.

Mais continuons à lire :

Exode 21:33-36
Si un homme met à découvert une citerne, ou si un homme en creuse une et ne la couvre pas, et qu'il y tombe un boeuf ou un âne, le possesseur de la citerne paiera au maître la valeur de l'animal en argent, et aura pour lui l'animal mort. Si le boeuf d'un homme frappe de ses cornes le boeuf d'un autre homme, et que la mort en soit la suite, ils vendront le boeuf vivant et en partageront le prix; ils partageront aussi le boeuf mort. Mais s'il est connu que le boeuf était auparavant sujet à frapper, et que son maître ne l'ait point surveillé, ce maître rendra boeuf pour boeuf, et aura pour lui le boeuf mort.

Qu'apprend-on ici ? Que les israélites se partageront le corps de l'animal mort. 

Si un animal tombe dans un puits, le possesseur du puits devra certes dédommager le propriétaire de l'animal mais en retour, il conserve la bête morte. Idem, si un boeuf tue un autre boeuf, ils se partageront le boeuf mort

Comme l'a relevé à juste titre Entosh dans un commentaire, Elohim interdit expréssément à Son peuple de manger la chair d'une bête morte :

Deutéronome 14:21
Vous ne mangerez d'aucune bête morte; tu la donneras à l'étranger qui sera dans tes portes, afin qu'il la mange, ou tu la vendras à un étranger; car tu es un peuple saint pour l'Éternel, ton Dieu.

Mais avez-vous bien lu l'usage que peut en faire l'israélite ?
L'isréalite ne peut certes pas manger lui-même la chair d'une bête morte mais il peut la donner à manger à un étranger ou en faire commerce afin que les étrangers puissent en manger.

Donc, si nous ne devons pas manger de la chair d'un animal mort, ce n'est pas parce qu'il contient du sang puisque Dieu nous autorise à en donner à manger à l'étranger ! Sinon, cela signifierait que Dieu nous fait pécher en nous permettant de donner à manger de la chair morte — contenant du sang — à un étranger ou même en faire commerce !

Si vraiment la chair d'un animal mort contient son sang et si vraiment le sang contenu dans cette chair est un péché pour nous, pourquoi donc Elohim nous permettrait-IL de la donner à un étranger ou d'en vendre ?

Vous imaginez Elohim interdire à Son peuple de manger du porc mais lui permettre d'élever et de vendre du porc aux étrangers ? Vous imaginez Elohim interdisant la fornication à Son peuple mais permettant à ce même peuple de faire commerce de films pornographiques ?

Ce n'est pas tout !

Lévitique 17:12
Si un homme de la maison d'Israël ou des étrangers qui séjournent au milieu d'eux mange du sang d'une espèce quelconque, je tournerai ma face contre celui qui mange le sang, et je le retrancherai du milieu de son peuple. Car l'âme de la chair est dans le sang. Je vous l'ai donné sur l'autel, afin qu'il servît d'expiation pour vos âmes, car c'est par l'âme que le sang fait l'expiation. 12 C'est pourquoi j'ai dit aux enfants d'Israël: Personne d'entre vous ne mangera du sang, et l'étranger qui séjourne au milieu de vous ne mangera pas du sang.

Il nous est dit ici que même l'étranger ne peut pas manger du sang ! Cela PROUVE bien que le sang contenu dans une bête morte NE DÉRANGE PAS LE CRÉATEUR puisque même à  l'étranger qui ne peut pourtant pas manger du sang, on peut ble et bien lui donner ou lui vendre une bête morte à manger.

Donc si Dieu nous interdit de manger de la chair d'une bête morte, CE N'EST PAS EN RAISON DU SANG SOI-DISANT CONTENU DANS CETTE CHAIR. Pourquoi alors? Parce Dieu considère qu'une bête morte est impure pour son peuple PARCE QU'ELLE EST MORTE et que son peuple ne doit pas se souiller avec les corps morts mais lisez bien ceci :

Lévitique 11:39
S'il meurt un des animaux qui vous servent de nourriture, celui qui touchera son corps mort sera impur jusqu'au soir; celui qui mangera de son corps mort lavera ses vêtements et sera impur jusqu'au soir, et celui qui portera son corps mort lavera ses vêtements et sera impur jusqu'au soir.

Vous pouvez donc malgré tout, dans des conditions particulières (famine ?, troubles politiques ou économiques ?) consommer des bêtes mortes mais la conséquence sera que devenez impur jusqu'au soir.

Notez la différence de conséquence avec celui qui mange du sang :

Lévitique 17:14
Vous ne mangerez le sang d'aucune chair; car l'âme de toute chair, c'est son sang: quiconque en mangera sera retranché. Toute personne, indigène ou étrangère, qui mangera d'une bête morte ou déchirée, lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau, et sera impure jusqu'au soir; puis elle sera pure.

Si un homme mange de la chair d'une bête morte ou  déchirée, l'homme devient impur jusqu'au soir.
Si un homme mange le sang d'un animal, l'homme est retranché du peuple !

Je ne suis pas en train de dire que l'on peut manger des bêtes mortes, je ne suis pas en train de dire que l'on peut consommer du sang mais je m'oppose contre ceux qui enseignent qu'il faut VIDER les animaux de leur sang avec un couteau aiguisé ("très important le couteau aiguisé sinon la viande ne sera pas casher !!!").

Que dit Dieu exactement ?

Exode 29:16
Tu égorgeras le bélier; tu en prendras le sang, et tu le répandras sur l'autel tout autour.

Lévitique 1:5
Il égorgera le veau devant l'Éternel; et les sacrificateurs, fils d'Aaron, offriront le sang, et le répandront tout autour sur l'autel qui est à l'entrée de la tente d'assignation.

Vous avez déjà tué une bête, une poule, un mouton, un porc ou un boeuf ? Ou bien vous avez regardé quelqu'un tuer une bête ? Dans tous les cas, lorsque l'on tue un animal, — que l'on soit athée, juif ou musulman — le sang de l'animal coule tout seul. Il n'y a aucun besoin de s'attarder et de faire perdurer l'agonie de la bête ! Couteau aiguisé ou pas, qu'on le veuille ou pas, le sang coule. Pas besoin de le vider de son sang, il coule tout seul. Maintenant, si c'est un athée qui tue l'animal, il va récolter le sang de l'animal dans un récipient pour en faire plus tard du boudin ou d'autres charcuteries. Ce qui est contraire au commandement de Dieu qui ordonne de le répandre par terre car ce sang appartient à Dieu.

Lévitique 17:12
Si un homme de la maison d'Israël ou des étrangers qui séjournent au milieu d'eux mange du sang d'une espèce quelconque, je tournerai ma face contre celui qui mange le sang, et je le retrancherai du milieu de son peuple. Car l'âme de la chair est dans le sang. Je vous l'ai donné sur l'autel, afin qu'il servît d'expiation pour vos âmes, car c'est par l'âme que le sang fait l'expiation. 12 C'est pourquoi j'ai dit aux enfants d'Israël: Personne d'entre vous ne mangera du sang, et l'étranger qui séjourne au milieu de vous ne mangera pas du sang.

J'affirme que l'on peut et que l'on doit abréger les souffrances de l'animal tué ou sacrifié «et ne pas faire durer le plaisir» en le "vidant" de son sang. L'ordre de Dieu n'étant PAS de "vider" la bête de son sang mais de nous interdire de le prélever et d'en manger.   
 
Grandissez un peu et osez réflechir par vous-même !

Et les chairs déchirées ?

Exode 22:31
Vous serez pour moi des hommes saints. Vous ne mangerez point de chair déchirée dans les champs: vous la jetterez aux chiens.

C'est simple : on ne mange pas de la chair d'un animal qui a été attaqué par un prédateur et dont la chair a commencé à être dévorée sur place. C'est dans ce cas précis que la chair est véritablement impropre à la consommation. Pourquoi ? Parce que les prédateurs (loups, renards, ours, etc) véhiculent effectivement dans leur salive des germes et des microbes particulièrement pathogènes pour l'homme. Il y a une différence entre un boeuf mort suite à un coup de corne d'un autre boeuf et un boeuf mort suite aux blessures infligées par les griffes et les dents d'un prédateur. Elohim fait la différence. Et un vétérinaire aussi.

Donc il ressort de toutes ces ordonnances que l'objectif de «vider un animal de son sang» par le rite de la shehita n'a AUCUN, strictement AUCUN fondement biblique. 

Le vrai fondement de la shehita et du casher

Couteau aiguisé ou pas aiguisé, Dieu ne veut tout simplement pas que nous récoltions le sang de l'animal abattu pour le consommer. Point. 
Que vous tuiez une poule ou un boeuf ou un mouton avec un couteau, une flèche, une arme à feu, que vous assomiez ou que vous étourdissiez l'animal avec un pistolet électrique avant de l'égorger, Dieu nous interdit de prélever le sang pour en faire du boudin ou je ne sais quelle autre nourriture. Point.

Le poulet qui est tué dans la ferme française n'est pas moins casher aux yeux de Dieu que la volaille abattue par un shohet qui aura pratiqué la shehita. Idem pour le boeuf ou le mouton tué par le fermier du coin ou dans l'abattoir de la ville. Et non il n'y aura pas plus de sang dans la viande sauf si vous préferez manger les veines plutôt que les muscles de l'animal... En voici la preuve.

Paul et la viande casher

Lisons Paul :

1 Corinthiens 10:25-28
Mangez de tout ce qui se vend au marché, sans vous enquérir de rien par motif de conscience; 26 car la terre est au Seigneur, et tout ce qu'elle renferme.
27 Si un non-croyant vous invite et que vous vouliez y aller, mangez de tout ce qu'on vous présentera, sans vous enquérir de rien par motif de conscience.
28 Mais si quelqu'un vous dit: Ceci a été offert en sacrifice!

Paul était-il soucieux de savoir COMMENT et par QUI avaient été tuées les bêtes vendues sur le marché ? NON. Pas une seule seconde. Il déclare même «Ne vous enquérez de RIEN». On ne peut pas être plus clair ! Ne vous souciez de RIEN !

Je sais bien que Paul ici traite des viandes sacrifiées aux idoles. Mais justement, refléchissons pour une fois...

Paul parle-t-il de viandes abattues par des shohet selon le rite de la shehita ? Bien sûr que non, sinon le risque de trouver des viandes sacrifiées aux idoles aurait été inexistant. Relisez bien ce que vous venez de lire... Les viandes vendues sur le marché de Corinthe étaient donc nécessairement des viandes issues de bêtes abattues par des goyim. Paul aurait pu ici trouver la bonne occasion de déclarer «Pour ne pas courir le risque d'avoir des viandes sacrifiées aux idoles, prenez garde à n'acheter que du casher !» ou alors «Je vais vous enseigner comment abattre correctement du bétail afin que vous puissiez manger casher». L'a-t-il fait ? NON. Absolument pas.

Il affirme tout au contraire que les Corinthiens ne doivent pas (se) poser de question ! 

Et vous ? Imitez-vous Paul ou les pharisiens ?

C'est bien la preuve ultime que la notion de casher est une notion purement pharisienne qui était étrangère à Paul et dépasse de très loin ce qu'Elohim avait même imaginé... 

Que vous achetiez votre viande à Auchan, Carrefour ou Intermarché, ou à la boucherie casher, Paul (et Elohim aussi) s'en moque (aussi longtemps que la viande est autorisée dans Lévitique 11 et n'a clairement pas été sacrifiée aux idoles).

Le vrai fondement du procédé casher

En réalité, la shehita provient de l'aversion et du mépris des juifs pour les goyim. Aux yeux des «sages» d'Israël, tout ce qui n'est pas juif n'est pas casher. Combien plus de la nourriture préparée par un goy et combien plus encore une bête tuée par un goy !


Pierre était dans le même état d'esprit que les juifs pharisiens mais Dieu lui a appris à cesser de mépriser les goyim.

Actes 10:28
Vous savez, leur dit-il, qu'il est défendu à un Juif de se lier avec un étranger ou d'entrer chez lui; mais Dieu m'a appris à ne regarder aucun homme comme souillé et impur.

En consommant casher, vous perpétuez le mépris traditionnel des juifs pour les goyim.
Voilà ce que vous faites. À rebours de l'enseignement de Paul. Et contre l'enseignement d'Elohim Lui-même.

Que disait déjà Paul à propos de ces juifs qui colportaient de fausses doctrines et enseignaient des commandements d'hommes ?

Tite 1:10-14
Il y a, en effet, surtout parmi les circoncis, beaucoup de gens rebelles, de vains discoureurs et de séducteurs, auxquels il faut fermer la bouche. [...] C'est pourquoi reprends-les sévèrement, afin qu'ils aient une foi saine, et qu'ils ne s'attachent pas à des fables judaïques et à des commandements d'hommes qui se détournent de la vérité.

Des juifs qui croient pourtant en Yeshua mais qui se détournent de la vérité et auxquels il faut fermer la bouche... On ne peut pas être plus clair...

Tite 1:15-16
Tout est pur pour ceux qui sont purs; mais rien n'est pur pour ceux qui sont souillés et incrédules, leur intelligence et leur conscience sont souillées. Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs oeuvres, étant abominables, rebelles, et incapables d'aucune bonne oeuvre.

Est-ce que tout est pur pour vous ? Ou bien avez-vous besoin de commandements d'homme pour purifier ce que vous consommez ? À votre avis, qui sont ceux dont l'intelligence et la conscience sont souillées, qui font profession de connaître Dieu mais le renient par leurs oeuvres ? Suivez donc le lien pour le découvrir et cessez de les imiter...

Revenons sur le verset qui ouvre cet article :

Actes 17:11
Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d'empressement, et ils examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu'on leur disait était exact

et attardons-nous une dernière fois sur une chose qui mérite ici d'être soulignée et méditée :
La judaïté ne confère pas forcément la noblesse intellectuelle et spirituelle dont certains juifs croient être parés de naissance.


Ma conclusion (pas casher)...

Quel est le but de cet article ? 
Là où je veux en venir, c'est que certains saints — ceux-là mêmes qui sont censés garder les commandements de Dieu et la foi de Jésus —  critiquent à raison les évangéliques qui RETIRENT le sabbat, dénoncent à raison les catholiques qui AJOUTENT Marie à la saine doctrine mais acceptent à tort que l'on AJOUTE la kippa ou le casher à la vraie Torah, la Parole d'Elohim et hurlent à l'antéchrist si on a l'outrecuidance de les reprendre.

C'est quand même extraordinaire de prétendre obéir à Elohim quand on persiste à vouloir ignorer les vrais commandements d'Elohim lorsqu'IL affirme :

Deutéronome 12:32
Vous observerez et vous mettrez en pratique toutes les choses que je vous ordonne; vous n'y ajouterez rien, et vous n'en retrancherez rien.

et quand on s'entête à vouloir appliquer de faux commandements imaginaires à partir de :

Deutéronome 12:21
tu pourras tuer SACRIFIER du gros et du menu bétail, comme je te l'ai prescrit


Il convient de cesser d'ajouter des fardeaux aux commandements d'Elohim. Chacun est libre en conscience de faire ce qui lui semble bien et bon. Cependant dans vos critères de décision, prenez garde à l'avertissement de Paul :

1 Corinthiens 8:9
Prenez garde, toutefois, que votre liberté ne devienne une pierre d'achoppement pour les faibles.

Dans cet extrait, Paul évoque le comportement que nous devons adopter face à la nourriture et face à notre prochain.

Vous croyez vraiment que vous allez inciter l'athée ou l'évangélique à vous imiter si «pour l'amour de Dieu» vous vous abstenez de manger même du boeuf ou de l'agneau parce qu'il serait non casher ? Sur quelle base justifierez-vous votre comportement et devant Dieu et devant l'évangélique ou l'athée ? Sur le Talmud ?

Ne comprenez-vous pas que ce type de comportement peut littéralement rebuter et faire fuir même ceux qui — peut-être, seul Dieu le sait — auraient pu avoir la volonté de garder les (vrais) commandements de la Torah. 

Romains 14:20+
si, pour un aliment, ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l'amour: ne cause pas, par ton aliment, la perte de celui pour lequel Christ est mort. Que votre privilège ne soit pas un sujet de calomnie. Car le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit. Celui qui sert Christ de cette manière est agréable à Dieu et approuvé des hommes. [...] Pour un aliment, ne détruis pas l'oeuvre de Dieu. À la vérité toutes choses sont pures; mais il est mal à l'homme, quand il mange, de devenir une pierre d'achoppement.

Certains ne manqueront pas d'objecter que ces versets concernent ceux qui mangent et non ceux qui s'abstiennent de manger. Mais le contraire est tout aussi juste et vrai. 

Je me sens obligé de répéter encore une fois que je ne parle pas ici des aliments purs et impurs de Lévitique 11. Je parle de tout le reste : vin casher, fromage casher, viande casher... Si vous souhaitez continuer à manger casher, fort bien. Mais n'en faites pas un élément de sanctification.

Je réitère ma question initiale : «Croyez-vous sincèrement que Elohim validerait vraiment une sanctification accessible seulement aux plus riches ?» Ne pensez pas une seconde que vous plaisez à Dieu en mangeant casher. 

Car le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire...

 
Tous les aliments sont casher si la Torah d'Elohim autorise leur consommation.


Note : initialement, cet article comportait bien plus d'exemples mais afin de ne pas alourdir le texte et polluer l'attention du lecteur, j'ai sacrifié la quantité pour plus de clarté.
(Image tirée de la Maison William)


 Publié le 28-11-2019 par Thierry R.  Mod. le 08-11-2020   Copie autorisée avec mention de l'auteur

Entosh a écrit le 06/11/2020:
Attention non c'est interdit de manger un animal mort. Votre interprétation d'exode 21 contredit Deut 14v21 qui est très explicite: le croyant ne mange pas d'animaux mort. D'ailleurs c'est logique, une bête morte, est comme une bête étouffé car elle est morte avec son sang resté dans son corps. Or on ne peut pas manger de sang. Si le sang n'est pas évacuer, elle reste dans la chair et donc on consomme du sang.

Thierry (Site : https://www.viadei.fr) a écrit le 06/11/2020:
Oui, il faut que je rectifie !

Thierry (Site : https://www.viadei.fr) a écrit le 08/11/2020:
@Entosh : j'ai modifié le texte relatif à la chair morte !

Entosh a écrit le 27/11/2020:
Salut Thierry, c'est vrai que manger/boire du sang est à un degrés pire que manger un animal mort non vidé de son sang. Mais après des recherches par exemple je suis tombé sur Lévitique 19:26 qui parle de ne rien manger avec du sang. Ça fait selon moi allusion au fait de manger une bête non égorgé.
Et comment comprendre actes 15 sur l'interdit des animaux étouffé ?

Pour moi Lév 19v26 + deut 14v21 + actes 15 parlent de la même chose.

Thierry a écrit le 28/11/2020:
Je suis d'accord avec toi mais cela ne légitime pas de ne devoir manger que de la viande casher issue de la shehita. Selon la Parole, Isaac adorait manger des bêtes non pas egorgées mais tuées par une ou plusieurs flèche. Mon propos dans cet article n'est pas de dire que l'on peut manger du boudin aux oignons mais de dire que l'on peut manger de toute viande vendue dans le commerce. Dans les abbatoirs, toutes les bêtes sont finalement tuées au couteau même après avoir été assommées électriquement.

Thierry a écrit le 28/11/2020:
Comment sont donc tués les animaux de nos jours dans les abattoirs ? Lisons ce qu'en disent les païens eux-mêmes :
«Pour êtres rendus propres à la consommation humaine, LES ANIMAUX DOIVENT ÊTRE VIDÉS D'UNE BONNE PARTIE DE LEUR SANG (à l'exception du gibier, qui se prépare de façon particulière). Or, un animal mort ne perd que très peu de sang. Les animaux sont donc TOUS SAIGNÉS VIVANTS, et décèdent de la perte de leur sang. Comme il est cruel de trancher la gorge à un animal vivant, et d'attendre qu'il meure en se vidant de son sang, on pratique depuis longtemps, comme on le verra, l'étourdissement des animaux.»

À lire sur :
http://www.encyclopedie-universelle.net/abattoir-abattage.html#ancre2665747

Entosh a écrit le 28/11/2020:
Ha oui bien sûr, sur ça nous sommes d'accord pas besoin forcément du label kasher, du moment que la bête est égorgé.

Pour la chasse et l'exemple d'Isaac les flèches servait à blesser, ralentir, affaiblir l'animal, mais je crois qu'Esaü les égorgé.

Tant que la bête vit même si elle afaibli et s'apprête a mourir de ses blessures l'animal elle peut toujours être égorgé.

Thierry a écrit le 28/11/2020:
C'est tout le sens de l'article : Ériger le casher et la shehita au rang de commandement de Dieu est un non-sens voire même une imposture. Il n'y a aucun besoin de passer par le "couteau aiguisé" d'un shohet pour avoir une viande agréée par Dieu. Le couteau de ma grand-mère fait aussi bien l'affaire. Le couteau du boucher du coin aussi. C'est tout ce que j'essaie de dire.
Bon shabbat !

Michael a écrit le 29/11/2020:
Bonjour frère :) merci pour votre article. Ayant vu la vidéo de Benjamin je me suis tournée vers les boucherie halal ou casher pour éviter justement le sang qui pourrai être présent dans les viandes des supermarchés et autre boucherie. Je dois dire que votre article m'a intéressé et interpellé. Que voulais donc dire Pierre par l interdiction des animaux étouffé ? Donc dans les abattoir traditionnel les viandes sont vider également de leur sang ? En fait je ne me préoccupe absolument pas de l appellation casher ou halal mais simplement sur le fait d éviter du sang. Je suis un peu perdu.. j espere que vous m avez compris. Merci d avance pour votre éclairage

Thierry (Site : https://www.viadei.fr) a écrit le 29/11/2020:
Bonjour frère ;)
C'est une bonne chose que de se poser des questions. C'est bien parce que je me suis posé des questions que j'ai fini par accepter Yeshua. C'est aussi parce que je me suis ensuite posé d'autres questions que j'ai accepté de pratiquer les commandements de Dieu. Mais je n'ai pas secoué le joug des catholiques, puis celui des protestants pour accepter aveuglément celui des juifs. Je n'accepte d'autre joug que celui d'Elohim.

Oui, dans les abattoirs traditionnels, les animaux sont effectivement saignés et vidés de leur sang (après avoir été étourdis mécaniquement ou électriquement au préalable).
Autrefois, en effet, il était d'usage de tuer les boeufs à coups de masse, cf ( http://www.encyclopedie-universelle.net/abattoir-etourdissement1.html ) mais cette technique est désormais révolue et interdite de nos jours.
Si des détracteurs s'élèvent contre les méthodes modernes d'abattage, ce n'est pas en aucune façon parce qu'il resterait du sang dans l'animal mais parce que, prétendent-ils, l'animal serait «treifa», ie impropre à la consommation car blessé ou diminué. S'il est vrai que les offrandes animales dédiées à Elohim doivent être sans tâche ni défaut, il est bon de rappeler ici que lorsque je souhaite manger du boeuf, je ne souhaite pas faire systématiquement une offrande : je veux simplement manger du boeuf. Par ailleurs, on ne peut sacrifier que devant la tente d'assignation et on doit doit verser le sang de l'animal sur l'autel d'Elohim (où se trouvent cette tente et cet autel sur terre ?)
L'autre raison profonde (mais cachée et non-avouée, je le dis dans l'article), c'est que la viande "casher" permet aux juifs de ne pas avoir de contact avec les goyim, et encore moins que des goyim touchent de leur main une viande qui sera consommée par des juifs.

Thierry a écrit le 29/11/2020:
L'étourdissement expliqué par des paîens : http://www.encyclopedie-universelle.net/abattoir-abattage.html#ancre2665747
L'étourdissement expliqué par des juifs : https://fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/1797323/jewish/Le-problme-de-ltourdissement.htm

Thierry a écrit le 29/11/2020:
Ah, une dernière précision : peu de gens savent que lors de la shehita, seule la partie avant de l'animal est "casher". La partie arrière n'est pas consommée car «la Torah interdit de consommer le nerf sciatique» (tradition et non commandement qui provient de la lutte de Jacob avec l'ange de Dieu) et enlever les nerfs dans la partie arrière est trop compliqué. Par conséquent, selon la tradition pharisienne, seule la partie avant est consommée. Vous ne trouverez jamais une viande issue de la partie arrière dans une boucherie casher. Tuer un animal pour n'en consommer qu'une moitié, ce n'est pas ce que j'appelle "avoir du respect" ni pour l'animal, ni pour le don que Dieu nous en fait.

Michael a écrit le 29/11/2020:
Merci beaucoup pour votre réponse rapide,Claire et précise.

Cela m'as aidé à mieux comprendre.

Je rend grâce au Seigneur pour m'avoir guidé vers votre site !

A Lui sois toute la Gloire !

Thierry a écrit le 29/11/2020:
Amen, amen ! Gloire et louanges à notre Dieu ! Il est vrai, juste et bon pour nous accompagner avec amour et vérité pendant notre pèlerinage dans ce monde pervers et corrompu.

Vous pouvez réagir à cet article ! Vos commentaires sont les bienvenus !

Votre nom* :
Site web :
Votre commentaire* :

Devinette :

Quelle est la durée en mois de la gestation humaine ?
Répondre en lettre dans la case ci-dessous...


 

Les champs marqués * sont obligatoires. La publication des commentaires est soumise à validation.
Site créé à la gloire de Jésus-Christ