Via Dei, le chemin de Dieu

«Lorsque l'incrédulité devient une foi, elle est moins raisonnable qu'une religion»
Edmond de Goncourt

Via Dei > Les commandements > Paul et la loi (Romains)      

Paul et la loi (Romains)

De tous les textes du «Nouveau Testament», les écrits de Paul sont les plus difficiles à interpréter et à comprendre. On peut y lire ce que l'on veut et on peut presque lui faire dire ce que l'on veut : celui qui souhaite abandonner la loi de Dieu peut avoir l'impression d'y trouver des arguments tout comme celui qui souhaite garder les commandements de Dieu. Il semble que Paul ait volontairement enveloppé ses lettres d'un voile opaque suffisamment ajouré pour laisser confusément deviner sa pensée mais pas assez translucide pour pouvoir définitivement le prouver.

J'avais écrit un article qui met en lumière la volonté même de Dieu dans l'attitude ambigüe de Paul. Il faut sans cesse deviner sa pensée car il affirme une chose sans clairement l'affirmer puis semble dire son contraire par la suite...

On peut voir deux flèches pointées dans des directions opposées
ou
le C de la marque dans un losange...

Dans le logo ci-dessus, c'est une question de point de vue : on peut voir deux choses radicalement différentes selon que l'on s'attarde sur le contour du logo ou sur l'intérieur du logo. Et si les deux points de vue ont du sens, un seul compte vraiment (ici le «C» de la marque). Les lettres de Paul présentent la même configuration pour la plus grande confusion des disciples de Yeshua (Jésus). À la différence près que si vous vous trompez dans l'interprétation de la pensée de Paul, vous perdez votre âme. Si on n'y prend garde en effet, les écrits de Paul sont mortellement dangereux pour notre âme. Ce n'est pas une simple allégorie. C'est une réalité affirmée par l'apôtre Pierre lui-même :

2 Pierre 3:16
Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l'a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. 16 C'est ce qu'il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine.

L'interprétation des lettres de Paul ne doit pas se faire à la légère : elle peut nous mener à la ruine. Au sens propre. C'est très exactement pour cette raison que je n'hésite pas une seconde à m'auto-censurer voire supprimer un article lorsque je m'aventure à faire l'exégèse d'un texte de Paul et que je réalise que je fais peut-être une erreur.

Je vais tenter de faire un inventaire exhaustif des textes de Paul lorsqu'il aborde le thème de la loi (et uniquement le thème de la loi), épître après épître, verset après verset.
Cette étude sur l'épître aux Romains devrait donc augurer une série d'études à venir si Dieu m'accorde la vie, la santé, le temps et le courage...   

Lettre aux Romains

Romains 2:12
Tous ceux qui ont péché sans la loi périront aussi sans la loi, et tous ceux qui ont péché avec la loi seront jugés par la loi.

Notez la différence de traitement entre ceux qui n'ont pas la loi et ceux qui gardent la loi : les premiers ne seront même pas jugés : ils périront (directement). Les autres seront jugés et c'est là qu'intervient notre avocat Yeshua.

Romains 2:13
Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés.

Ceux qui mettent la loi en pratique seront justifiés. La pratique de la loi n'ôte en rien la foi en la justification par la foi dans le sacrifice de Yeshua. C'est ce qu'affirme Paul. Il ne fustige pas du tout ceux qui pratiquent la loi : il déclare même que ce sont ceux qui seront justifés. Qui parle de «légalisme» ici ?

Romains 2:14-15
14 Quand les païens, qui n'ont point la loi, font naturellement ce que prescrit la loi, ils sont, eux qui n'ont point la loi, une loi pour eux-mêmes;
15 ils montrent que l'oeuvre de la loi est écrite dans leurs coeurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s'accusant ou se défendant tour à tour.

Loin de s'opposer aux «oeuvres de la loi», Paul loue même les païens qui font naturellement ce que prescrit la loi !

Romains 2:17-18
Toi qui te donnes le nom de Juif, qui te reposes sur la loi, qui te glorifies de Dieu, qui connais sa volonté, qui apprécies la différence des choses, étant instruit par la loi;

Comment peut-on connaître la volonté de Dieu ? En étant instruit par la loi.
Comment peut-on faire la différence entre le bien et le mal, le pur et l'impur ? En étant instruit par la loi.

Romains 2:20
le docteur des insensés, le maître des ignorants, parce que tu as dans la loi la règle de la science et de la vérité;

Comment peut-on juger de ce qui est bien ou mal ? Quel est le standard pour savoir si quelque chose est un péché ou non ? La loi.

Romains 2:23
Toi qui te fais une gloire de la loi, tu déshonores Dieu par la transgression de la loi!

Nous savions déjà par Jean (1 Jean 3:4) que la transgression de la loi est la définition même du péché.
Nous savons maintenant par Paul que la transgression de la loi déshonore Dieu Lui-même !

Romains 2:25-27
25 La circoncision est utile, si tu mets en pratique la loi; mais si tu transgresses la loi, ta circoncision devient incirconcision.
26 Si donc l'incirconcis observe les ordonnances de la loi, son incirconcision ne sera-t-elle pas tenue pour circoncision?
27 L'incirconcis de nature, qui accomplit la loi, ne te condamnera-t-il pas, toi qui la transgresses, tout en ayant la lettre de la loi et la circoncision?

Si un juif n'observe pas la loi, il devient incirconcis. Il devient un païen. Il est coupé de l'olivier d'Israël.
Si un païen observe la loi, il devient circoncis. Il devient un juif. Il est greffé sur l'olivier d'Israël.

Ces deux versets doivent être mis en parallèle avec le texte de Romains 11 qui montre bien que le païen est greffé sur l'olivier si sa foi le conduit à la pratique de la loi.

Romains 11:17-24
Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, qui étais un olivier sauvage, tu as été enté à leur place, et rendu participant de la racine et de la graisse de l'olivier, 18 ne te glorifie pas aux dépens de ces branches. Si tu te glorifies, sache que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que c'est la racine qui te porte. 19 Tu diras donc: Les branches ont été retranchées, afin que moi je fusse enté. 20 Cela est vrai; elles ont été retranchées pour cause d'incrédulité, et toi, tu subsistes par la foi. Ne t'abandonne pas à l'orgueil, mais crains; 21 car si Dieu n'a pas épargné les branches naturelles, il ne t'épargnera pas non plus. 22 Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu: sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté; autrement, tu seras aussi retranché. 23 Eux de même, s'ils ne persistent pas dans l'incrédulité, ils seront entés; car Dieu est puissant pour les enter de nouveau. 24 Si toi, tu as été coupé de l'olivier naturellement sauvage, et enté contrairement à ta nature sur l'olivier franc, à plus forte raison eux seront-ils entés selon leur nature sur leur propre olivier.

C'est bien la foi illustrée dans Romains 11 qui conduit à la pratique de la loi évoquée dans Romains 2.

Vous ne pouvez pas faire l'économie de lire seulement Romains 2 ou seulement Romains 11 et en faire une doctrine de toutes pièces !
Vous ne pouvez pas isoler un ingrédient dans la liste des ingrédients d'une recette et clamer ensuite que pour faire un gâteau, il faut de la farine. Bien sûr qu'il faut de la farine. Mais il faut aussi des oeufs, du beurre et du lait...

Romains 3:19
19 Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu.

Tout le monde sera reconnu coupable devant Dieu, ceux qui ne sont pas sous la loi comme ceux qui sont sous la loi. Mais souvenez-vous de ce que nous avons vu plus haut en Romains 2:12 : les sans-loi périront tandis que ceux sous la loi seront jugés. Et auront un avocat en Yeshua (pour ceux qui croient en Lui...) !

Romains 3:20
Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi, puisque c'est par la loi que vient la connaissance du péché.

Romains 3:20 ne peut pas être lu tel quel sans le rapprocher de Romains 2:13 :

Romains 2:13
Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés.

Dans Romains 2:13 Paul affirme que ceux qui mettent la loi en pratique seront justifiés.
Dans Romains 3:20 Paul affirme que nul ne sera justifié par les oeuvres de la loi.
Voyez-vous la différence (ou pas) entre ces deux assertions ?

Paul affirme que ce sont ceux qui pratiquent la loi qui seront justifiés. Pas que leurs oeuvres les justifieront. Ce n'est pas la même chose et l'une ne contredit pas l'autre. Vous commencez à percevoir la nuance ? Ce ne sont pas les oeuvres de la loi qui justifient ces disciples. Ces disciples seront justifiés PARCE QU'ils pratiquent la loi. C'est la pratique de la loi elle-même qui justifie ces gens. Pas les oeuvres résultant de cette pratique.

Et pourquoi personne ne sera justifié par les oeuvres de la loi ? Parce que personne ne peut pratiquer la loi de manière parfaite. Nos oeuvres seront toujours imparfaites. Seule l'oeuvre du Christ est parfaite. Nous serons toujours pécheurs à un moment donné. Tôt ou tard.
Dieu ne s'attend pas à ce que nous pratiquions parfaitement la loi. Il sait bien que notre nature pécheresse nous entrâve dans la pratique de la loi. En revanche, il nous jugera sur notre bonne volonté à faire Sa volonté, c'est-à-dire justement à accomplir Sa loi !

Romains 3:27-28
27 Où donc est le sujet de se glorifier? Il est exclu. Par quelle loi? Par la loi des oeuvres? Non, mais par la loi de la foi.
28 Car nous pensons que l'homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi.

C'est une redite de ce que nous venons de voir à l'instant en Romains 2:13 et Romains 3:20 : ce ne sont pas nos oeuvres qui nous justifient, c'est notre foi — notre bonne volonté — à pratiquer la loi qui nous justifie.

Romains 3:31
Anéantissons-nous donc la loi par la foi? Loin de là! Au contraire, nous confirmons la loi.

Paul ne peut approuver «l'anéantissement» de la loi puisque tout son propos confirme que la loi est précisément l'objet de notre foi !

Romains 4:13-16
13 En effet, ce n'est pas par la loi que l'héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c'est par la justice de la foi.
14 Car, si les héritiers le sont par la loi, la foi est vaine, et la promesse est anéantie,
15 parce que la loi produit la colère, et que là où il n'y a point de loi il n'y a point non plus de transgression.
16 C'est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d'Abraham, notre père à tous

Si Dieu avait dû attendre que nos oeuvres soient parfaites pour réaliser Sa promesse concernant l'héritage, IL serait encore en train d'attendre... Et il serait dans une colère noire puisque chaque péché, chaque manquement, chaque transgression de Sa loi provoque Sa colère. Ce n'est donc pas sur la base de nos oeuvres que Dieu réalise Sa promesse mais sur la base de notre foi. C'est là encore une redite de Romains 2:13 et Romains 3:20.

Romains 5:13
car jusqu'à la loi le péché était dans le monde. Or, le péché n'est pas imputé, quand il n'y a point de loi.

Le péché était dans le monde mais il ne fut pas imputé aussi longtemps que la loi ne fut pas donnée aux hommes. C'est une répétition de Romains 4:15

Romains 4:15
parce que la loi produit la colère, et que là où il n'y a point de loi il n'y a point non plus de transgression.

Pas de loi, pas de transgression, pas de péché.

Romains 5:20-21
Or, la loi est intervenue pour que l'offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, 21 afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce régnât par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur.

Pour que la grâce règne entièrement, il fallait que le péché règnât en totalité afin qu'il fut remplacé en totalité par la grâce. Dieu ne fait pas les choses à moitié.

Romains 6:2
Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? 2 Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché?

Si vous avez bonne mémoire, Jean nous enseigne que le péché est la transgression de la loi (1 Jean 3:4). 
Paul ajoute qu'il est impensable que nous puissions continuer à vivre dans la transgression de la loi.

Romains 6:12-13
12 Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses convoitises. 13 Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice.

Paul nous exhorte à nous abstenir désormais de toute transgression de la loi, du «péché».

Romains 6:14
14 Car le péché n'aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce.

Quel est le pouvoir du péché ? Comment règne le péché ? Romains 5:21 (voir plus haut) nous apprend que le péché règne par la mort. Nous ne sommes plus sous le règne du péché, non pas que le péché n'existe plus, non pas que la loi n'existe plus mais parce que nous sommes sous le «règne de la grâce» (cf Romains 5:21) qui abonde autant que le péché abonde.

Il convient ici de préciser qu'il y a un problème de vocabulaire : lorsque vous vexez votre père ou humiliez involontairement votre conjoint ou votre meilleur ami, vous ne lui demandez pas sa «grâce» mais son pardon. Qu'est-ce que cela veut dire ? Lorsque Paul affirme que nous ne sommes plus sous le pouvoir du péché, il signifie que nous ne sommes plus condamnés à mort car nous avons été grâciés, nous avons été pardonnés. Nous sommes donc «sous la grâce». 

Romains 6:15-16
Quoi donc! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce? Loin de là! Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice?

Mais ce n'est pas parce que la grâce abonde autant que le péché que nous devons continuer à pécher ! (Relire Romains 6:2 un peu plus haut). Ce n'est pas parce que nous sommes pardonnés et ne sommes plus condamnés à mort que nous pouvons continuer à pécher, à transgresser la loi de Dieu !

Reprenons l'exemple donné plus haut : après avoir involontairement humilié notre meilleur ami, nous le supplions de nous accorder son pardon. Il nous l'accorde car il nous aime. Nous sommes maintenant pardonnés, nous sommes sous «le règne de la grâce» de notre ami. Si nous l'humilions de nouveau encore et encore, parce que nous sommes «sous le règne de la grâce», comment va réagir notre ami à votre avis ? Comment réagira notre Dieu ?

D'esclaves de la transgression de la loi qui conduit à la mort, nous sommes passés à esclaves de l'obéissance qui mène à la vie.

Romains 7:1-4
Ignorez-vous, frères, -car je parle à des gens qui connaissent la loi, -que la loi exerce son pouvoir sur l'homme aussi longtemps qu'il vit? 2 Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. 3 Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d'un autre homme, elle sera appelée adultère; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu'elle n'est point adultère en devenant la femme d'un autre.
4 De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu.

Paul explique ici que nous sommes redevables à la loi de notre mort jusqu'à la fin de notre vie. En d'autres termes, nous avons tous péché contre la loi depuis notre naissance. La sanction pour le péché est la mort. La mort éternelle. 

Revêtir le corps de Yeshua est le seul moyen pour nous d'échapper à cette justice divine.

Pour revêtir le corps du Messie, nous devons mourir à la loi. Désormais, nous n'appartenons plus à la loi, à la mort. Mais à Christ.

Romains 7:5-6
Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort. 6 Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli.

Le fruit — le salaire — de nos péchés était la mort. Mais nous avons été dégagés de la sanction de la loi qui était la mort. Nous avons été dégagés du principe qui régit la loi de Dieu et qui exige la mort en cas de transgression.

Romains 7:7-12
La loi est-elle péché? Loin de là! Mais je n'ai connu le péché que par la loi. Car je n'aurais pas connu la convoitise, si la loi n'eût dit: Tu ne convoiteras point. 8 Et le péché, saisissant l'occasion, produisit en moi par le commandement toutes sortes de convoitises; car sans loi le péché est mort. 9 Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus. 10 Ainsi, le commandement qui conduit à la vie se trouva pour moi conduire à la mort. 11 Car le péché saisissant l'occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir. 12 La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon.

Ce n'est pas la loi qui nous fait pécher. La loi ne fait que nous indiquer là où nous fautons. La loi est sainte. Le commandement est saint, juste et bon.

Romains 7:14-23
Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. 15 Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. 16 Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. 17 Et maintenant ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi. 18 Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair: j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. 19 Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. 20 Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi. 21 Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. 22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur; 23 mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.

Nous avons en nous deux volontés selon Paul : la volonté de la chair qui veut pécher et la volonté de l'homme intérieur qui prend plaisir à la loi de Dieu.

Romains 7:25
Ainsi donc, moi-même, je suis par l'entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché.

Paul le répète : il veut par l'esprit pratiquer la loi de Dieu tandis que sa chair souhaite transgresser la loi de Dieu.
Paul avait déjà exprimé cette idée plus tôt :

Romains 6:16
Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice?

Être esclave du péché qui conduit à la mort, c'est transgresser la loi de Dieu. Être esclave de l'obéissance qui conduit à la justice, c'est pratiquer la loi de Dieu.
Romains 6:16 et Romains 7:25 expriment très exactement la même idée et véhiculent les mêmes analogies.

Romains 8:1-2
Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. En effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort.

Ceux qui sont en Yeshua  ne sont plus condamnés. Ils ont été libérés de la loi du péché et de la mort. Notez bien qu'ils ont été libérés non pas du péché mais de la loi du péché, c'est-à-dire du principe du péché, principe qui mène à la mort. La loi du péché, c'est un peu comme la loi de la gravitation : vous lâchez une bille à 10 mètres du sol, elle va tomber inexorablement vers le sol. Vous péchez, vous mourez. C'est la loi du péché et de la mort.

Romains 8:3-4
Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, 4 et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit.

La justice de la loi est accomplie uniquement en ceux qui marchent selon l'esprit et non selon la chair.

Romains 8:5-8
Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'esprit s'affectionnent aux choses de l'esprit. 6 Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'esprit, c'est la vie et la paix; 7 car l'affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut même pas. 8 Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu.

Pourquoi ? Parce que ceux qui vivent selon la chair ne peuvent plaire à Dieu.
Pourquoi ? Parce que l'amour de la chair est haine contre Dieu.
Pourquoi ? Parce que la chair ne se soumet pas à la loi de Dieu (et qu'elle ne le peut même pas).

Ici, un esprit normalement intelligent et normalement honnête devrait s'arrêter et relire ce que Paul écrit : Paul affirme que pour plaire à Dieu, nous devons nous soumettre à la loi de Dieu.

Romains 8:9
Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l'esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.

Les romains auxquels s'adresse Paul ne vivent pas selon la chair. L'Esprit de Dieu habite en eux car ils appartiennent à Christ et se soumettent à la loi de Dieu.

Romains 8:13
Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, 14 car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu.

Paul prévient : si nous vivons par la chair, si donc nous ne nous soumettons pas à la loi de Dieu, nous mourrons ! Mais si nous faisons mourir notre corps au péché, nous vivrons !

Romains 8:16
L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.

Cette affirmation est à rapprocher de ce que l'apôtre Jean enseigne :

1 Jean 3:9-10
Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu'il est né de Dieu. 10 C'est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable.

La différence entre les enfants de Dieu et les enfants du diable tient au fait que les enfants de Dieu ne pratiquent pas le péché, ne transgressent pas la loi de Dieu.
Les deux apôtres disent strictement la même chose !

Romains 10:2-4
Je leur rends le témoignage qu'ils ont du zèle pour Dieu, mais sans intelligence: 3 ne connaissant pas la justice de Dieu, et cherchant à établir leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu; 4 car Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient.

Romains 10:4
La finalité de la tora, c’est le messie, pour la justification de tous ceux qui adhèrent.

Yeshua n'est pas la «fin de la loi» comme beaucoup voudraient le faire croire. Yeshua est le but ultime, ce vers quoi tend toute la torah. Voilà le message de Paul.

Romains 10:12
Il n'y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec, puisqu'ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l'invoquent.

Romains 11:25-26
Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne vous regardiez point comme sages, c'est qu'une partie d'Israël est tombée dans l'endurcissement, jusqu'à ce que la totalité des païens soit entrée. 26 Et ainsi tout Israël sera sauvé

Les païens sont appelés à faire partie d'Israël, en quelque sorte à devenir juifs eux-aussi. Comment ? Lisez l'article initulé «Être juif, c'est quoi ?».

Romains 13:8-10
Ne devez rien à personne, si ce n'est de vous aimer les uns les autres; car celui qui aime les autres a accompli la loi. 9 En effet, les commandements: Tu ne commettras point d'adultère, tu ne tueras point, tu ne déroberas point, tu ne convoiteras point, et ceux qu'il peut encore y avoir, se résument dans cette parole: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 10 L'amour ne fait point de mal au prochain: l'amour est donc l'accomplissement de la loi.

Remettons d'abord les choses dans leur contexte. À l'homme qui Lui demandait quels étaient les deux plus grands commandements, Yeshua a répondu :

Matthieu 22:36-40
Maître, quel est le plus grand commandement de la loi? 37 Jésus lui répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. 38 C'est le premier et le plus grand commandement. 39 Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 40 De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.

Paul est logique avec lui-même et avec vous : lorsqu'il affirme que l'amour ne fait pas de mal au prochain et que l'amour est l'accomplissement de la loi, Paul synthétise et résume sa pensée : au lieu d'énumérer les commandements qui traitent du rapport avec le prochain, Paul dit que «l'amour est l'accomplissement de la loi» ou que «celui qui aime les autres a accompli la loi», il affirme cela pour ce qui concerne l'amour du prochain !

N'oublions pas que Yeshua a fourni deux réponses : nous devons d'abord aimer Dieu, puis nous devons aimer notre prochain.

Paul ne détaille ici que l'amour pour le prochain. Pour l'amour que nous devons à Dieu, il faut lire un autre apôtre :

1 Jean 5:2-3
Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements. 3 Car l'amour de Dieu consiste à garder ses commandements.

Elohim nous l'enseignait déjà de Sa propre bouche dans la Torah :

Exode 20:5-6
je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, 6 et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements.


Je n'ai pas voulu analyser le 14° chapitre de la lettre aux Romains parce que j'estime que si je n'ai pas réussi à ce stade à vous faire comprendre que Paul était un ardent défenseur de la loi de Dieu, ce serait une perte de temps que d'essayer de vous en convaincre sur la base du quatorzième chapitre. En d'autres termes, comment Paul peut-il défendre la loi pendant treize longs et fastidieux chapitres et avoir attendu le quatorzième chapitre pour aller à l'encontre de la loi de Dieu ? 

Lorsque Paul évoque «celui qui est faible et ne mange que des légumes» ou «tel qui est fort et croit pouvoir manger de tout» ou «que rien n'est impur en soi, et qu'une chose n'est impure que pour celui qui la croit impure» ou encore «celui qui fait une distinction entre les jours», il ne fait pas référence à la loi de Dieu (ou alors il convient d'admettre que Paul a déliré pendant les treize premiers chapitres de sa lettre...) mais il fait référence à des habitudes et des préférences de jeûne que privilégiaient certaines personnes.

Et Paul de conclure dans son chapitre 14 :

Romains 14:16-18
Que votre privilège ne soit pas un sujet de calomnie. 17 Car le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit. 18 Celui qui sert Christ de cette manière est agréable à Dieu et approuvé des hommes.   

Or nous avons vu plus haut en Romains 8 comment Paul affirme justement que seuls ceux qui se soumettent à la loi de Dieu peuvent plaire à Dieu... Or la loi de Dieu porte aussi sur le manger et le boire en Lévitique 11... La conclusion est que le chapitre 14 ne traite pas du tout des ordonnances de la loi de Dieu sur les jours de sabbat ou de fêtes, ni des viandes pures et impures mais de tout autre chose comme le jeûne de certaines personnes.

J'ai essayé d'analyser dans la lettre de Paul aux Romains chacun des versets dans lesquels il abordait la loi et la pratique de la loi. J'ai tenté d'être exhaustif autant que possible et me suis appliqué à ne pas trahir la pensée de cet apôtre qui avait une façon bien à lui d'exprimer sa pensée...

Que le Créateur de toutes choses vous encourage à garder toujours Sa Parole !


 Publié le 10-03-2020 par Thierry R.   Copie autorisée avec mention de l'auteur

Vous pouvez réagir à cet article ! Vos commentaires sont les bienvenus !

Votre nom* :
Site web :
Votre commentaire* :

Devinette :

Dans le nombre "460233517", quel chiffre vient après deux ?
Répondre en chiffre dans la case ci-dessous...


 

Les champs marqués * sont obligatoires. La publication des commentaires est soumise à validation.
Site créé à la gloire de Jésus-Christ