Via Dei, le chemin de Dieu

«Lorsque l'incrédulité devient une foi, elle est moins raisonnable qu'une religion»
Edmond de Goncourt

Via Dei > Sujets de réflexion > Ta volonté, ô Dieu et non la mienne...         

Ta volonté, ô Dieu et non la mienne...

Si j'ai certes déjà effleuré le sujet de la volonté de Dieu, je n'ai pas évoqué les conséquences qu'il y a à faire la volonté de Dieu et non la nôtre.

J'écris cet article parce que je vois souvent dans des vidéos dites «chrétiennes» des personnes souriantes et rayonnantes, pleines de vie et débordantes d'énergie. Et je ne peux m'empêcher de me comparer à elles et de me demander : «Pourquoi suis-je différent ? Est-ce moi qui ai un problème ou elles ?»

Être disciple de Yehsua (Jésus) apporterait-il donc le bonheur sur cette terre, ici et maintenant, comme le prêchent certains prédicateurs ?

Si vous voyez un «chrétien» aller au travail en sifflotant le matin ou un «chrétien» heureux de son sort, le coeur réjoui de la vie qu'il mène, sachez une chose avec la certitude la plus absolue : ce chrétien-là n'est pas un chrétien accompli. Il manque encore de beaucoup de sagesse et de beaucoup de connaissance comme le dit l'Ecclésiaste. Il croit servir Dieu entièrement et faire pleinement Sa volonté, il pense — peut-être sincèrement — se trouver sur la voie étroite. Mais ce n'est pas (encore) le cas. Catégoriquement et clairement non.

Servir Dieu rend-il heureux ici et maintenant ?

C'est le propos de certains pasteurs.
Or la Parole nous enseigne très exactement le contraire ! Ceux qui servent l'Éternel sont tout le contraire d'un «chrétien» épanoui, heureux et exubérant de joie :

Malachie 3:14-18
Vous avez dit: C'est en vain que l'on sert Dieu; Qu'avons-nous gagné à observer ses préceptes, Et à marcher avec tristesse À cause de l'Éternel des armées? 15 Maintenant nous estimons heureux les hautains; Oui, les méchants prospèrent; Oui, ils tentent Dieu, et ils échappent! 16 Alors ceux qui craignent l'Éternel se parlèrent l'un à l'autre; L'Éternel fut attentif, et il écouta; Et un livre de souvenir fut écrit devant lui Pour ceux qui craignent l'Éternel Et qui honorent son nom. 17 Ils seront à moi, dit l'Éternel des armées, Ils m'appartiendront, au jour que je prépare; J'aurai compassion d'eux, Comme un homme a compassion de son fils qui le sert. 18 Et vous verrez de nouveau la différence Entre le juste et le méchant, Entre celui qui sert Dieu Et celui qui ne le sert pas.


Et comment pourrait-il en être autrement lorsque tout votre être veut aller à gauche et que votre esprit veut aller à droite ? Comment être heureux lorsque vous luttez tous les jours contre votre propre chair afin précisément de faire la volonté de Dieu et non la vôtre ?

Hébreux 12:4
Vous n'avez pas encore résisté jusqu'au sang, en luttant contre le péché.


Comment s'«épanouir» dans ce monde étranger lorsque justement la volonté de Dieu n'est pas que vous vous épanouissiez mais que vous fassiez mourir vos membres ?

2 Corinthiens 4:8-10
Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l'extrémité; dans la détresse, mais non dans le désespoir; 9 persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non perdus; 10 portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. [...] C'est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour.


Être disciple de Yeshua n'apporte pas le bonheur. En tout cas, pas ici et maintenant.
Être disciple de Yeshua, c'est s'exposer aux frustrations, aux vexations, aux contraintes.
Être disciple de Yeshua, c'est — sans faire de jeu de mots — faire une croix sur les plaisirs des sens.

Matthieu 16:24
Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive.


Et Yeshua annonce clairement ce qui nous attend si nous LE suivons et ne nous promet PAS le bonheur dans cette vie ici-bas. Nous devons savoir qu'en LE suivant, nous allons au-devant de difficultés auxquelles nous devons nous préparer :

Luc 14:27-30
Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple. 28 Car, lequel de vous, s'il veut bâtir une tour, ne s'assied d'abord pour calculer la dépense et voir s'il a de quoi la terminer, 29 de peur qu'après avoir posé les fondements, il ne puisse l'achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler, 30 en disant: Cet homme a commencé à bâtir, et il n'a pu achever?


Paul exprime cette dualité que vit le chrétien dans sa chair au quotidien :

Romains 7:21-25
Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. 22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur; 23 mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. 24 Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort?... 25 Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!... Ainsi donc, moi-même, je suis par l'entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché.

Si vous ne vivez pas au quotidien cet antagonisme dans votre chair tel que Paul le décrit, c'est que vous vivez sur une autre planète ou plus probablement que votre foi «chrétienne» trouve ses limites là où naissent à peine les désirs de votre chair, c'est-à-dire très vite.

Les progrès dans la foi

Pendant les premières années de la foi, étant encore de tendres nourrissons, nous sommes dispensés — pour ne pas dire épargnés — de la compréhension profonde des choses de Dieu. À ce stade, nous sommes tout heureux et guillerets de notre nouvelle foi en Dieu et nous sautillons gaiement de découverte en découverte, insouciants et innocents, tout à notre amour naissant pour Dieu.

À ce stade, nous sommes encore des enfants nouveaux-nés et nous nous contentons de peu.

Hébreux 5:12-14
Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu'on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d'une nourriture solide. 13 Or, quiconque en est au lait n'a pas l'expérience de la parole de justice; car il est un enfant. 14 Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal.

1 Pierre 2:2-3
désirez, comme des enfants nouveau-nés, le lait spirituel et pur, afin que par lui vous croissiez pour le salut, 3 si vous avez goûté que le Seigneur est bon.

Et pour tout dire, à ce stade, Dieu aussi Se contente de peu à notre égard et n'exigera pas de nous de grands sacrifices ou de grandes preuves de foi.

Notre foi doit ensuite grandir et mûrir. Cela ne se fait pas immédiatement :

Jean 16:12
J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.

C'est bien après seulement, lorsque nous commençons à grandir dans les choses de Dieu que nous commençons aussi à souffrir.
Le sage ne l'affirme-t-il pas dans ses écrits :

Ecclésiaste 1:16-18
J'ai dit en mon coeur: Voici, j'ai grandi et surpassé en sagesse tous ceux qui ont dominé avant moi sur Jérusalem, et mon coeur a vu beaucoup de sagesse et de science. 17 J'ai appliqué mon coeur à connaître la sagesse, et à connaître la sottise et la folie; j'ai compris que cela aussi c'est la poursuite du vent. 18 Car avec beaucoup de sagesse on a beaucoup de chagrin, et celui qui augmente sa science augmente sa douleur.


Les apôtres nous invitent à devenir des adultes mûrs, des «hommes faits» capables de discerner le bien et le mal et de recevoir la nourriture solide et non plus le lait pour nourrisson :

1 Corinthiens 14:20
Frères, ne soyez pas des enfants sous le rapport du jugement; mais pour la malice, soyez enfants, et, à l'égard du jugement, soyez des hommes faits.
Hébreux 5:14
Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal.

C'est par la nourriture spirituelle que se distingue le nourrisson de l'homme fait : l'un, encore faible et fragile, ne peut tolérer que la nourriture liquide tandis que l'autre, plus fort et avancé, parvient à assimiler la nourriture solide.

Faire la volonté de Dieu

Ne devons-nous pas imiter notre Maître et Sauveur ? Yeshua était-IL un nourrisson ou était-IL un homme fait ? Buvait-IL du lait ou mangeait-IL de la nourriture solide ? Et qu'était donc cette nourriture ?

Jean 4:34
Jésus leur dit: Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir son oeuvre.

À votre avis, faire la volonté de Dieu, est-ce du petit lait ou de la nourriture solide ?

Quelle prière a donc enseigné Yeshua aux disciples ?

Matthieu 6:9-13
Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; 10 que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 11 Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien; 12 pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; 13 ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen!

Comment priait donc notre Maître ?

Matthieu 26:39
Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.

Marc 14:36
Il disait: Abba, Père, toutes choses te sont possibles, éloigne de moi cette coupe! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.

Luc 22:42
disant: Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne.

Et c'est précisément cette nourriture solide, destinée aux «hommes faits» que nous avons parfois du mal à «digérer» — au sens propre comme au figuré — et qui nous donne parfois du fil à retordre.

Il est simple en effet de vivre notre foi et de chanter des «alleluia» lorsque la volonté de Dieu concorde avec la nôtre mais qu'en est-il lorsque notre volonté se trouve contrariée ?

Acceptons-nous de bonne grâce que notre volonté soit bafouée et rejetée ? Chantons-nous des chants de louange lorsque le banquier nous appelle pour nous relancer sur un impayé ? Avons-nous du baume au coeur lorsque le voisin nie farouchement avoir éraflé la carrosserie de notre voiture alors que nous savons pertinemment que ce ne peut être que lui ? Qui va donc payer les réparations ?

Le prix de l'esclavage

Notre façon de parler, nos pensées, nos paroles, nos actes appartiennent dorénavant à Dieu.
Notre propre corps ne nous appartient plus et nous ne pouvons plus faire ce que nous voulons de nos membres à partir du moment où nous prétendons servir Dieu de tout notre coeur, de toute notre âme et de toutes nos forces.

Et c'est cela qui peut parfois être pénible et dur à porter. J'entends déjà des objections ici car Yeshua a déclaré que Son joug était facile à porter :

Matthieu 11:29-30
Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.


Pourtant les auditeurs de Pierre ne donnaient pas l'impression de se réjouir particulièrement du joug de Yeshua :

1 Pierre 4:12-19
Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. 13 Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l'allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. 14 Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l'Esprit de gloire, l'Esprit de Dieu, repose sur vous. 15 Que nul de vous, en effet, ne souffre comme meurtrier, ou voleur, ou malfaiteur, ou comme s'ingérant dans les affaires d'autrui. 16 Mais si quelqu'un souffre comme chrétien, qu'il n'en ait point honte, et que plutôt il glorifie Dieu à cause de ce nom. 17 Car c'est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c'est par nous qu'il commence, quelle sera la fin de ceux qui n'obéissent pas à l'Évangile de Dieu? 18 Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l'impie et le pécheur? 19 Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien.

Pas plus que les philippiens qui ne devaient pas non plus être tellement heureux de porter le joug de Yeshua car Paul se sent obligé par trois fois de leur demander de se réjouir...

Philippiens 2:18
Vous aussi, réjouissez-vous de même, et réjouissez-vous avec moi. 

Philippiens 3:1
Au reste, mes frères, réjouissez-vous dans le Seigneur. Je ne me lasse point de vous écrire les mêmes choses, et pour vous cela est salutaire.

Philippiens 4:4
Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le répète, réjouissez-vous.


Ne (me) faites donc pas croire qu'un vrai chrétien a le sourire aux lèvres tous les matins lorsqu'il se lève !
Le bonheur des disciples de Yeshua sera une chose tangible et réelle dans le monde à venir. Pas dans celui-ci.

Et cela ne date pas d'hier ! On a vu plus tôt que les contemporains de Malachie ne semblaient pas non plus particulièrement emballés par leur vie de disciple :

Malachie 3:14
Vous avez dit: C'est en vain que l'on sert Dieu; Qu'avons-nous gagné à observer ses préceptes, Et à marcher avec tristesse À cause de l'Éternel des armées? 

Le psalmiste s'interroge également sur les raisons de ses souffrances :

Psaume 42:9
Je dis à Dieu, mon rocher: Pourquoi m'oublies-tu? Pourquoi dois-je marcher dans la tristesse, Sous l'oppression de l'ennemi?

Pour avoir la réponse à la question du psalmiste, il faut comprendre ce qu'est la persévérance...
Je ne peux pas croire qu'un «chrétien» puisse trouver du «plaisir» à se retrouver tous les matins dans un monde qui appartient non pas à Dieu mais à Satan ! Je ne peux pas croire qu'un «chrétien» puisse tous les jours lutter contre sa propre chair et y trouver du plaisir ! Sauf s'il s'agit d'un "chrétien" pervers sado-masochiste ou d'un «chrétien» nouveau-né et encore balbutiant :

Ecclésiaste 1:18
Car avec beaucoup de sagesse on a beaucoup de chagrin, et celui qui augmente sa science augmente sa douleur.


Je terminerai sur une note d'espoir en citant Steve Moutria (de Torah Family), un nazaréen américain que j'apprécie particulièrement, qui a relayé cette pensée qui m'a marqué :
Ce monde est le seul paradis que les athées connaîtront
et il est le seul enfer que les disciples de Yeshua connaîtront.



 Publié le 28-10-2021 par Thierry R.  Mod. le 21-02-2022   Copie autorisée avec mention de l'auteur

  Vous pouvez réagir à cet article ! Vos commentaires sont les bienvenus !

Votre nom* :
Site web :
Votre commentaire* :

Devinette* :

Dans le nombre "53982076", quel chiffre vient juste avant 2 Ecrivez-le en lettres ?


 

Les champs marqués * sont obligatoires. La publication des commentaires est soumise à validation.
Site créé à la gloire de Jésus-Christ