Via Dei, le chemin de Dieu

«Lorsque l'incrédulité devient une foi, elle est moins raisonnable qu'une religion»
Edmond de Goncourt

Via Dei > La Bible > La fourberie des traducteurs

La fourberie des traducteurs

Si vous lisez la Bible, écoutez des sermons, discutez avec des chrétiens ou tout simplement si vous vous intéressez à la Parole de Dieu, vous avez peut-être entendu un jour un pasteur ou prédicateur lancer :

Osée 4:6
Mon peuple est détruit, parce qu'il lui manque la connaissance.

et le peuple sereinement aquiescer et s'écrier «Amen», persuadé que ce n'est certainement pas à lui que ce verset est destiné... Pour sûr, ce bon peuple assiste aux réunions tous les dimanches, participe à des réunions de prière une à deux fois par semaine et chante les cantiques et les louanges à gorge déployée...

Mais ce verset présenté ainsi n'est qu'une partie de la vérité ! Ce verset présenté comme tel est tronqué et trompeur !

Le verset d'Osée 4.6 présenté dans son intégralité vous montrera à quel point et avec quelle facilité on peut faire dire à Dieu ce que l'on veut en occultant toute une partie de verset ou en en présentant qu'une seule partie, celle qui ne dérange pas trop...

Osée 4:6
Mon peuple est détruit, parce qu'il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, Je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce; Puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, J'oublierai aussi tes enfants.


Après avoir affirmé que Son peuple était détruit faute de connaissance, Dieu, par la bouche d'Osée, fournit les explications de ce manque de connaissance. C'est une chose que d'être illetré. C'en est une autre que de vouloir le rester !

Ce que reproche Dieu à Son peuple — et nous sommes Son peuple, le peuple d'Israël étant composé de la tribu de Juda, c'est-à-dire les juifs, et de la tribu d'Éphraïm, c'est-à-dire les gentils) — ce n'est pas tant de manquer de connaissance : ce que Dieu reproche à Son peuple, c'est de rejeter la connaissance et Sa loi !

Le peuple croit servir Dieu en assistant aux réunions tous les dimanches, en participant aux réunions de prière le mercredi soir, en chantant des cantiques et des chants de louange... Croyez-vous que c'est cela qui vous est demandé par Dieu ? Ne vous êtes-vous donc jamais interrogé si cela était effectivement la volonté de Dieu ?


Quelques exemples de traduction orientée

Comprendre la Parole de Dieu n'est déjà pas simple mais si le traducteur dénature voire remplace les mots de la langue originale par des mots qui s'éloignent franchement de la pensée originelle de l'auteur, vous conviendrez que cela devient terriblement compliqué.

Traduire un texte n'est certes jamais chose aisée mais les traducteurs de la Bible (français mais aussi de manière générale les traducteurs anglophones) ont semble-t-il fourni des efforts conséquents pour compliquer encore plus la tache de ceux qui voulaient comprendre la Parole de Dieu...


Une traduction inique...

Prenez le mot «iniquité» par exemple...

Matthieu 7:23
Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité (anomia).

Le terme «anomia» (strong grec 458) [2] rendu ici dans Matthieu 7.23 par le terme «iniquité» définit pourtant :
  1. la condition de celui qui est sans loi
    • parce qu'il l'ignore
    • parce qu'il la viole
  2. le mépris et violation de la loi, iniquité, méchanceté
Que signifie le mot «iniquité» en français ? C'est le caractère de ce qui est inique, de ce qui est partial, de ce qui manque à l'équité et est contraire à la justice. [1]

Lorsque vous lisez ou prononcez le mot «iniquité», comprenez-vous d'emblée que le terme original «anomia» se réfère directement et immédiatement à l'absence de la loi de Dieu ?

Relisez bien la phrase que vous venez de lire : le terme original porte l'accent sur le mépris de la loi ou sa violation alors que le choix de traduction met l'accent sur l'injustice.

Que bon vous en semble ? Prenons l'exemple d'un homme qui viole une femme ou tue un homme. Que commet-il ? Une violation de la loi de Dieu (et des hommes) ou une injustice ? Lorsque vous trompez votre époux ou votre épouse, de quoi êtes-vous donc coupable ? De commettre une injustice ou de violer l'un des commandements de Dieu ? Et nous pourrions analyser ainsi de suite chacun des 10 commandements de Dieu...

Comprenez que les traducteurs ne voulaient pas que le lecteur fasse l'association péché / loi de Dieu mais péché / injustice.

Ce qui n'a rien à voir ni avec le texte original ni avec la volonté de Dieu...

Considérez-vous comme normal que le mot rendu en français ne fasse absolument pas référence à la loi de Dieu ? Avez-vous l'impression que ce mot a bien été traduit ? En entendant le mot «iniquité», avez-vous l'impression que Jésus parle du mépris ou de la violation de la loi dans Matthieu 7:23 ?


Les mystères de la traduction

Est-ce que vous saviez que le mystère de l'iniquité dont parle Paul dans 2 Thessaloniciens avait un rapport immédiat avec la loi de Dieu ? Saviez-vous que l'impie qui paraîtra est une personne qui a violé la loi de Dieu ?

2 Thessaloniciens 2:3-8
Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition, 4 l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. [...] Car le mystère de l'iniquité (anomia) agit déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. 8 Et alors paraîtra l'impie (anomos), que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu'il anéantira par l'éclat de son avènement.

En effet, un «anomos» [3] est une personne sans loi, qui a quitté ou violé la loi... Les traducteurs auraient pu, à la rigueur, traduire par «sans foi ni loi» mais certainement pas par «impie»...


Les «impies» de Pierre

Après avoir mis en garde et évoqué la ruine de ceux qui prenaient le risque de tordre le sens et de mal interpréter les épîtres de Paul et de lui faire dire des choses qu'il n'a pas dites, Pierre ajoute :

2 Pierre 3:17
Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu'entraînés par l'égarement des impies (athesmos), vous ne veniez à déchoir de votre fermeté. 


Lorsque vous lisez le mot «impie», vous pensez à quelqu'un qui ne prie pas ou qui ne croit pas en Dieu ou à la rigueur à un païen. Mais est-ce bien cela que Pierre a écrit dans le grec original ?

Absolument pas ! Pierre a écrit le mot «athesmos» (strong grec 113) [4] qui désigne "une personne qui ne tient pas compte des contraintes de la loi afin de satisfaire ses convoitises".

Que nous dit donc Pierre ? De rester sur nos gardes de peur d'être entraînés par ceux qui méprisent et rejettent la loi...

Cela donne à réfléchir ! Pourquoi ? Parce que juste avant d'évoquer un athesmos, Pierre mettait précisément en garde le lecteur qui serait tenté de tordre le sens des écritures de Paul ! Et dans quel but cherche-t-on habituellement à tordre ou (ré)interpréter les écrits de Paul ?

Je vous le donne en mille : les épîtres de Paul sont les seules dont on peut se servir (en en tordant le sens) afin de légitimer le rejet de la loi de Dieu...


Conclusion

Appartient-il au traducteur d'orienter le lecteur et de lui imposer ses propres convictions au fil de ses traductions ou au lecteur de se faire sa propre idée sur la base d'une traduction censée être neutre et saine de tout endoctrinement préalable ?

Toute bonne lecture de la Bible devrait se faire à l'aide d'un dictionnaire grec ou hébreu à portée de la main ou tout du moins le lexique des concordances strong si l'on souhaite comprendre et interpréter fidèlement la pensée de Son auteur.

Imitez donc les juifs d'alors :

Actes 17:11
Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d'empressement, et ils examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu'on leur disait était exact.


Pour aller plus loin, lisez ou relisez maintenant ces paroles de Jean à la lumière de ce que nous venons de comprendre...


Pour aller encore plus loin...

(1) Inique sur larousse.fr
Iniquité sur larousse.fr
(2) Anomia (strong grec 458)  
(3) Anomos (strong grec 459)
(4) Athesmos (strong grec 113)



Publié le 16-01-2018 par Thierry Riviere  Modifié le 17-01-2018   Copie autorisée (avec mention de l'auteur et lien vers l'article original)

Vous pouvez réagir à cet article ! Vos commentaires sont les bienvenus !

Votre nom* :
Site web :
Votre commentaire* :

Devinette :

Combien font quatre multipliés par sept ?
Répondre en chiffre dans la case ci-dessous...


 

Les champs marqués * sont obligatoires. La publication des commentaires est soumise à validation.
Site créé à la gloire de Jésus-Christ